mercredi, septembre 30, 2020
DRC
10,659
Personnes infectées
Updated on 30 September 2020 à 21:03 21 h 03 min
DRC
248
Personnes en soins
Updated on 30 September 2020 à 21:03 21 h 03 min
DRC
10,139
Personnes guéries
Updated on 30 September 2020 à 21:03 21 h 03 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 30 September 2020 à 21:03 21 h 03 min

Ses trois collaborateurs enlevés, le CICR  suspend tous ses déplacements au Nord-Kivu

- Publicité-

Trois collaborateurs du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont été enlevés mardi matin dans la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo. D’après le CICR, ils faisaient partie d’un convoi d’assistance en route vers Kyaghala, un village où devait avoir lieu une distribution de vivres et d’articles ménagers de première nécessité en faveur de 8 000 personnes touchées par le conflit.

Suite à cet évènement, « tous les déplacements du CICR prévus dans le Nord-Kivu ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre. »

« Cette distribution, prévue depuis plus d’un mois, devait bénéficier à des familles d’Ikobo qui ont dû fuir leurs foyers en novembre dernier en raison des combats et qui n’ont reçu aucune assistance depuis. Elle visait aussi à aider des familles de retour dans leurs villages après avoir été contraintes de se déplacer à plusieurs reprises au cours des derniers mois. Faute d’accès à leurs champs, elles se trouvent dans l’incapacité de subvenir à leurs besoins essentiels et vivent dans des conditions extrêmement difficiles », dit l’organisation dans un communiqué envoyé à POLITICO.CD

« Nous déplorons vivement cet enlèvement et mettons tout en œuvre pour que nos collègues puissent retrouver leurs familles le plus rapidement possible. Nous appelons les ravisseurs à les libérer immédiatement, sains et saufs, et à faciliter leur retour », a déclaré Alessandra Menegon, cheffe de la délégation du CICR dans le pays.

Le CICR est présent en RDC depuis près de 40 ans.

« Cela fait 38 ans que nous travaillons en République démocratique du Congo pour apporter une aide humanitaire aux victimes du conflit armé. De tels actes constituent une atteinte à la sécurité des acteurs humanitaires et privent aussi de manière durable des populations déjà durement touchées de l’assistance dont elles ont désespérément besoin. »

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...