Le rapprochement annoncé ces derniers jours entre les trois principaux partis de l’opposition, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) et le Mouvement de Libération du Congo (MLC); et un allié de la Majorité présidentielle, le Parti Lumumbiste Unifié (PALU) prend du plomb dans l’aile.

Jeudi matin, le PALU a d’abord été le premier à être secoué. Une rencontre entre le président Joseph Kabila et son leader historique Antoine Gizenga ramène ce parti dans les rangs du pouvoir. Lugi Gizenga, Secrétaire permanent du parti et son adjoint Adolphe Muzito, à la base des contacts avec les partis de l’opposition, ayant même fait annoncer la fin de l’union avec Kabila, sont suspendus.

Pendant ce temps, l’UDPS, l’UNC et le MLC font publier un communiqué qui parle à peine d’une large coalition seulement entre ces trois partis de l’opposition. Dans leur déclaration finale lue par la secrétaire générale du MLC Ève Bazaiba, ils affirment leur volonté “d’avancer ensemble” afin de gagner les élections du 23 décembre 2018.

L’UDPS ne veut pas de Kamerhe

Ils se sont engagés à “continuer les contacts et échanges, comme ceux commencés avec le Parti Lumumbiste Unifié, PALU, en vue de l’émergence d’un large Front Républicain et démocratique sur l’échiquier nationale et gagner ensemble les élections avenir“, a déclaré Ève Bazaiba Masudi entouré de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe.

Il ne fallait pas attendre longtemps. Dans la soirée,  Jean-Marc Kabund, Secrétaire général de  l’UDPS, dont il est le leader depuis la disparition d’Etienne Tshisekedi,  ne veut pas d’une coalition avec Vital Kamerhe, leader l’UNC. Via son compte twitter, il contredit Félix Tshisekedi, secrétaire général adjoint, mais pressenti pour diriger le parti.

Jamais l’UDPS ne fera route ensemble avec Kamerhe qui avait soutenu Kabila dans sa stratégie de dévoyer l’accord de la Saint-Sylvestre“, dit-il avant d’ajouter: “Vaut mieux être seul qu’être mal accompagné. Une union de façade à l’opposition ne peut que profiter à l’adversaire.

Entre-temps, du côté de l’UDPS, c’est le feu. Des proches de Félix Tshisekedi ne cautionnent pas la sortie de Kabund, alors que d’autres estiment qu’une coalition avec Vital Kamerhe, fortement craint, est simplement “impossible”.