Fin septembre, au lendemain des tentatives de prise de la ville d’Uvira dans l’Est de la République démocratique du Congo, le ministre du Développement rural, Justin Bitakwira débarque avec son cortège. Elu du coin, il se pointe  pour rassurer la population et les notables locaux.

Dans une réunion publique, l’homme, très habitué à des déclarations chocs, ne manque pas cette occasion pour s’offrir un écart. Il va, sans rire, affirmer que l’organisation internationale Médecin Sans Frontières (MSF) arme les miliciens Yakutumba – responsables de la nouvelle recrudescence d’affrontements dans ce coin du pays. L’ancien opposant ne s’arrêtera pourtant pas là et rien ne lui arrivera.

A Kinshasa, le ministre congolais des Médias et de la Communication, Lambert Mende dressait le portrait d’une rébellion de paille, ne mentionnant aucunement des probables faits avancés par son collègue au Développement rural.

Le 16 septembre, tout le pays découvre le communiqué assassin du vice-ministre aux Affaires étrangères, Agée Matembo Toto. Un simple “bout de papier”, qui déclenche pourtant un véritable feu de camp. Il faudra 24 heures au ministre de la Communication, encore lui, pour voler au secours de la mesure interdisant les passeports électroniques en RDC.

Qui dirige réellement l’exécutif?

Entre temps, de cette situation à la nouvelle guerre qui point son nez à Uvira, le Premier ministre, Chef du gouvernement, est un parfait ovni, qui s’offre parfois une discrète tournée en France. Des cas simples, qui illustrent l’état d’esprit d’un gouvernement où chacun tire visiblement le drap à sa direction. Car, un peu plutôt, l’équipe censée être dirigée par Bruno Tshibala, qui a hérité du Graal depuis le 7 avril dernier, s’est illustrée dans d’autres cas de cacophonie gouvernementale avérée.

Bruno Tshibala sera néanmoins vu aux côtés du Chef de l’Etat à l’ouverture du grand Forum pour la paix dans le Kasaï. Mais le Premier ministre, qui se fait tout petit, est visiblement au même rang que “les autres”. Car dans le fond, l’ancien cadre de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) fait visiblement face à une organisation mise en place parallèlement à son gouvernement. référant, à son tour, s’atteler à saisir toute occasion possible pour chanter les louanges du Président.

Coincé entre l’indéboulonnable Néhémie Mwilanya Wilondja, Directeur de cabinet du Président, ou des fidèles comme Emmanuel Razamani à l’Intérieur, Alexis Thambwe à la Justice, ou encore le duo diplomatique She Okitundu – Barnabé Kikaya, Tshibala s’affiche en épouse conquise et bonne à meubler le décor.

A New York, en marge de la 72ème Assemblée générale des Nations Unies, Joseph Kabila et ses Conseillers et parfois même Lambert Mende, occupent la scène politique tant nationale qu’internationale. De l’autre côté, des rumeurs annoncent même un remplacement imminent d’un homme qui serait sur la paille.

Dimanche dernier, lorsque l’avion des Forces armées de la RDC s’écrase dans l’est de Kinshasa, une autre facette du gouvernement Tshibala est mise en lumière. Lambert Mende, de son côté, annonce un bilan (9 morts) et une destination (vers Ituri) de l’avion qui contredit complètement celui qui sera donné plusieurs heures après par le vice-Premier ministre et ministre congolais des Transports voies et communications, José Makila: soit 12 morts et une destination vers Bukavu.

Pendant ce temps, l’affaire passeport ressurgit. Le vice-Premier ministre Léonard She Okitundu monte à l’Assemblée nationale pour s’expliquer. Il annonce, non sans souffrir, des nouvelles mesures. Néanmoins, celles-ci, censées apaiser la population, viendraient “directement” de la Présidence de la République, toujours sous le silence assourdissant de la Primature, qui annonce néanmoins une conférence de presse ce mardi à Kinshasa pour parler de… l’économie!

Bavures, cacophonie, contradictions, tout passe, dans un exécutif où la seule course possible et autorisée reste celle qui vise à glorifier le saint nom du président Kabila, dès qu’un micro de presse est pointé.

Gaston Engbaka.

7 comments

  1. Ce gouvernement est à deux têtes, je vous étonné mais, c’est la vérité, dans les deux têtes, il y a pas TSHIBALA.
    Une première tête interne donc Premier ministre1 : Mr SHADARY Emmanuel
    Seconde tête diplomatique donc externe: Mr SHE OKITUNDU.
    Ces personnes sont les premiers ministres actuels de la RDC, les autres sont là uniquement pour chauffer les chaises lors du conseil des ministres et se balader inutilement dans la ville.

  2. vous etes de mauvaise foi, si des problemes de coordinations sur le plan de la communication peuvent etre noté. Vous savez aussi que c est un gouvernement d union national et que le chef du gouvernement selon l esprit de l accord n’est pas le chef de la majorité au pouvoir puisqu’issus de l’opposition mais le coordinateur de l’action gouvernementale de toutes les plateformes ayant participé au dialogue de la saint sylvestre. Il a trois missions améliorer la situation economique et social ( c est un paris en passe d etre gagné au vu de la situation qu’il avait trouvé initialement), rétablir la sécurité des biens et des personnes ( sans se satisfaire des crimes et pillages encore largement répandu, la situation au kasaï se stabilise de jour en jour et n’en est plus à ce qui s’y passait, il y a encore qques mois) et enfin les elections. Attendons le calendrier electoral et observons l’attitude de ce gouvernement, face a ce défi.

    1. Quand on est chef soit disant d’un gouvernement d’union nationale fût-il,on assume les dérives.C’est clair que ce monsieur soit disant doyen des opposants congolais et héritier de Tshisekedi ne maitrise rien du tout.Le pouvoir est ailleurs et il n’est qu’un simple figurant.

    2. Le journaliste fait une observation objective et reste rationnel. C’est plutot toi et ton patron (Tshibala) qui etes les seuls a croire que ce pretendu-“PM de Salon” aurait quelconque pouvoir.

      Mais apres des semaines au cachot de Kalev Mutond a Makala, ton patron Tshibala est pret a tout faire pour remplir son ventre et compte bancaire (jadis vides) en obeissant au doight son veritable patron, Nehemie Mwilanya, qui lui donne ordres journaliers.

      As-tu dit que ton Tshibala-cheri aurait comme autre mission l’organisation d’Elections, et ipso-facto de se degommer, et ses nourisseurs Kabila et Mwilanya…?

      Laisse-nous rire et retourne a ta soupe a Kingakati…!

    3. Attendons le calendrier électoral annoncé pour fin Septembre alors que nous sommes le 03 octobre vous voulez rire?

      J’admire votre patience mais pour ma part je pense avoir suffisamment attendu. Rendez-vous à l’évidence et ouvrez les yeux tout ceci n’est que machination et pièce de théatre.

      Heureusement pour nous tout à une fin.

  3. Cher Thy
    J’admire votre certitude, mais c’est quand même une réflexion erronée . Une chose qui est certain, vous me faites vraiment rire. Merci si c’est volontaire, et désolé pour vous si vous cherchez vraiment à être sérieux.
    Bruno Tshibala incarne, et je le regrette, le principe de Peter. C’est -à -dire qu’il atteint son degré d’incompétence en accédant à la primature

Comments are closed.