PUBLICITÉ

RDC: le Service national s’attèle à la moisson des Maïs dans les 6 pilotes de Kaniama kasese avant la saison de pluie

3500 ex kulunas dont 64 filles, devenus bâtisseurs, sous la supervision du Commandant du Service National de Kaniama kasese, le Général-Major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, s’attèlent à la moisson des Maïs qui, apprend-on, s’étendent sur les milliers d’hectares, dans les six (6) pilotes de Kaniama kasese.

Selon le Commandant du Service National, ils maintiennent le cap pour qu’ils moissonnent avant le retour de la saison de pluie, soit la fin du mois de juillet.

Pour ce faire, ces jeunes autrefois délinquants, aujourd’hui bâtisseurs, travaillent nuit et jour, au regard de la grosse production attendue.

Outre l’agriculture, le Centre Kaniama kasese a diversifié ses activités notamment, la menuiserie, la maçonnerie, la soudure, la construction etc., grâce justement à des orientations du Chef de l’État, Félix Tshisekedi, matérialisées par le Général-Major Jean-Pierre Kasongo Kabwik.

Ce Service National, en effet, se veut être l’un des piliers non seulement de la construction de la République Démocratique du Congo mais aussi de l’homme congolais formé patriote au service de la nation.

Ces 3500 jeunes désœuvrés transférés sur le site de Kaniama kasese ont, d’ores et déjà, le choix entre plusieurs autres formations sus-citées. Ces bâtisseurs ont construit des bâtiments, les dortoirs, un centre de santé, la cantine en construction etc. Ils ont notamment fabriqué les bancs devant servir aux élèves de la République Démocratique du Congo d’étudier dans des bonnes conditions. Il y a lieu de signaler que tous les matériaux de construction proviennent du site de Kaniama kasese hormis les tôles et les ciments.

À cet effet, le Service National se veut également être le premier partenaire de la vision du Chef de l’État, Félix Tshisekedi celle de la gratuité de l’Enseignement de base.

«Si au moins nous pouvons donner des bancs à un million d’élèves par année, imaginez dans dix ans, dix millions d’élèves. À la rentrée scolaire, il y aura des écoles, dans le Kasaï construites par le Service national, les bancs, les tables, tableaux. Notre rêve est que chaque année qu’il ait au moins autant d’écoles. Des dizaines d’école construites par le service national», a indiqué le Général-Major Jean-Pierre Kasongo Kabwik.

Il a, par ailleurs, souligné que «on fait très vraiment attention aux bâtisseuses. On veille sur elles convenable parce que vous savez on en a 64 sur les 3500, il n’y en a que 64. On les a organisé en compagnie. Elles sont bien encadrées, elles ont un logement à part mais à ce qui concerne les enseignements elles sont mélangées aux hommes. Comment ça il n’y a plus de complexe. Vous savez ce sont des filles, il faut prendre bien soin d’elles. Elles ont une logistique à part. Nous veillons sur elles sans toutefois les gâter».

Il y a lieu de noter qu’à Kaniama kasese tout travail compte et tout travailleur devenu un agent à part entière a droit à son salaire. Ceux qui sont réguliers et assidus ont droit à une prime. Le Service national s’étend son expertise dans d’autres provinces en l’occurrence le Kasaï-Oriental et le Kongo-Central.

Christian Okende

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU