Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 18:27 18 h 27 min

Décès du député Bienvenu Apalata : Moïse Katumbi rend hommage à un homme politique qui s’est battu pour la liberté et la démocratie

Décédé le 03 mars 2020 à la clinique ART de Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo, le député national Apalata Ambo Bienvenu sera inhumé dimanche 15 mars dans son fief électoral à Aketi, un territoire du Bas-Uelé. La dépouille du défunt sera acheminée, dès samedi 14 mars, à Kisangani avant d’arriver à Aketi, précise un communiqué du programme livré par le rapporteur de l’Assemblée nationale.

Très touché, Moïse Katumbi, président de « Ensemble pour la République » dont l’honorable Apalata fut haut cadre, a rendu ses derniers hommages à « un homme politique épris de la constance pour la liberté et la démocratie en RDC ».

Voici l’intégralité du mot de circonstance de Moïse Katumbi à l’occasion des funérailles de l’honorable Apalata, chef du groupe parlementaire MS-G7:

Honorable Apalata,

Comme il est difficile pour moi d’écrire ces quelques mots tant ton départ inopiné nous a tous surpris et foudroyés.

Ta première vocation faisait de toi un médecin qui consacrait sa vie à lutter contre la mort qui vient brutalement de t’arracher dans la fleur de l’âge à notre affection. Ton serment, celui de soigner, d’aider, d’accompagner et de guérir les malades, tu l’as respecté dans le dévouement le plus complet. C’est le manque d’infrastructures médicales appropriées pour des soins qui t’a conduit à l’issue fatale qui nous laisse désemparés.

Dans notre désespoir, saches, là où tu es, que nous interpellons le gouvernement pour que plus jamais les simples citoyens et à fortiori les médecins ne soient abandonnés à eux-mêmes comme tu l’as été.

Ta seconde vocation s’est, quant à elle, traduite par un engagement politique sans faille en faveur de la paix, de la liberté et de la démocratie. Mais, aussi, en faveur de la défense des plus vulnérables et des plus démunis. Tu te battais avec fougue pour imposer la justice sociale pour tous les Congolais et assurer à tous le respect de la dignité humaine. Tu as résisté aux privilèges et à toutes les tentations de ceux qui t’ont approché pour acheter ta conscience et trahir ton second serment, celui de servir le Congo.

Ton engagement politique, tu t’y es tenu sans faille et avec courage contre vents et marées. Tout au long de ta bien trop courte vie, tu es demeuré un homme de droiture, une voix forte et une conscience au milieu du désordre et de l’agitation de la vie politique. Ta sagesse et ton bon sens, tu les tenais non seulement de ton éducation mais surtout de tes racines profondément ancrées dans la terre du Bas-Uele qui t’avait vu naître et dans l’amour des tiens et de ton prochain.

Ton honnêteté et ton énergie étaient à ton image, celle d’un homme de combat. Tu t’es toujours battu pour tes valeurs, pour ta famille, pour ton pays. Tu avais la force de tes convictions. Tu inspirais la confiance. C’est la raison pour laquelle tes pairs t’ont choisi pour devenir leur chef de groupe à l’Assemblée Nationale. Tu incarnais avec fierté notre volonté de changement. Tu étais un véritable pilier de notre famille politique.

Nous n’étions pas préparé à ton départ. Tu laisses un immense vide dans nos cœurs et dans les cœurs de tous tes proches avec lesquels nous partageons aujourd’hui la tristesse et le chagrin.

Je veux ici présenter mes condoléances les plus émues à ton épouse, à tes enfants et à tous ceux qui t’aimaient.

Quand je regarde la photo prise lors de notre atelier de travail à Lubumbashi que m’avait envoyée le Secrétaire Général Pierre Lumbi, je suis inconsolable. C’est un chemin très douloureux pour nous qui sommes restés.

Le Très Haut te rappelle à Lui au moment où nous mettons sur pied le grand parti politique dont tu resteras un des fondateurs pour la vie. Prie pour nous là où tu es. Saches que nous poursuivrons le combat que tu as mené et que nous ne te trahirons jamais.

Repose en paix, Honorable Apalata. Que Dieu t’accueille dans son infinie bonté et que la terre de nos ancêtres te soit douce et légère.

Nous ne t’oublierons jamais.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...