Diverses sources ont indiqué à POLITICO.CD que l’opposant Congolais Moïse Katumbi aurait contactée la mission de l’ONU en RDC, Monusco, dans le but de solliciter sa sécurisation lors de ses deux tentatives improductives de traverser la frontière Congolaise par Kasumbalesa.

Joint par POLITICO.CD, Florence Marchal, porte-parole de la Monusco, a déclaré que la mission principale de forces de la mission Onusienne en RDC est la protection de civils et non la protection des individus particuliers.

« A cette période électorale, les forces de la Monusco continueront  assurer leur rôle primaire, qui consiste à la protection de la population. Par contre la sécurisation de candidats aux différentes scrutins électoraux incombe aux autorités Congolaises » a-t-elle déclaré.

Dans un tweet, Lwariba Maitre, journaliste-éditeur du journal La Nouvelle Afrique, proche de l’opposition fustige cet agissement de la mission de l’ONU qui a refusé à accéder à la demande de Moïse Katumbi alors qu’elle assure totalement la protection du docteur Denis Mukwege et des installations de l’hôpital de Panzi au Sud-Kivu.

“La protection collective de civils ne serait-elle pas celle de sécuriser le retour de Moïse Katumbi face aux forces de police qui menaçaient hier de trouer ses véhicules à Kasumbalesa? Ce contexte est-il très différent de celui de groupes armés? “ s’est à son tour interrogé le député Juvenal Munubo.

Fiston Mahamba