Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, juin 2, 2020
DRC
3,326
Personnes infectées
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
2,772
Personnes en soins
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
482
Personnes guéries
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min

Moïse Katumbi: « c’est la majorité qui m’attribue cette nationalité italienne »

Toujours sans répondre de manière claire à propos de la polémique sur sa nationalité italienne, l’opposant Moïse Katumbi a cependant dénoncé ces révélations, les plaçant au même titre que des accusations proférées contre lui par le gouvernement congolais.

« Lors des premières élections, en 2006, moi en tout cas, j’avais ma carte d’identité du Zaïre. Chacun sait où j’ai grandi, où j’ai été à l’école… Utiliser de tels arguments, c’est trop bas. Pour moi, c’est un petit problème. On utilise aussi contre moi un litige à propos d’une maison qui appartient à mon frère », dit-il.

Pour autant, la ville de San Vito dei Normanni, dans le sud de l’Italie, a confirmé dans un courriel à Reuters que Katumbi a détenu la citoyenneté italienne depuis plus de 16 ans. Le statut de citoyen en Italie est généralement enregistré par les mairies locales. L’information de Reuters a confirmé celle de Jeune Afrique publiée le 23 mars et confirmant que Moïse Katumbi a détenu cette nationalité italienne, alors qu’il occupait des fonctions officielles en République démocratique du Congo.

A la question se savoir s’il a t une démarche administrative pour renoncer à cette nationalité italienne, l’opposant congolais botte en touche. « Aujourd’hui, c’est la majorité qui m’attribue cette nationalité italienne, alors que je suis né au Congo, que j’ai été gouverneur durant neuf ans ! La majorité dit que je ne serai pas candidat, comme si elle était devenue juge ! » s’exclame-t-il, avoir que par ailleurs que  tout cela est inspiré « par la peur que j’inspire ».

Lambert Mende, ministre de la Communication et des Médias,  affirme que le gouvernement de la RDC n’a jamais reçu de demande venant de l’opposant congolais Moïse Katumbi pour recouvrir la nationalité congolaise. « C’est le ministère de la justice qui se charge de présenter les cas de demandeurs en Conseil des ministres. Mais à ma connaissance, nous n’avons jamais reçu de demande émanant de Monsieur Katumbi. » dit Lambert Mende, joint vendredi par POLITICO.CD.

Le porte-parole du gouvernement, qui rappelle la procédure en matière, affirme que l’ex-gouverneur du Katanga n’a pas, actuellement, la nationalité congolaise. « Les faits sont clairs. Quand on contracte une autre nationalité, comme c’est le cas avec M. Katumbi, vous perdez votre nationalité congolaise. Que vous soyez originaire ou non. »

Par ailleurs, Moïse Katumbi promet son retour au pays en juin prochain pour déposer sa candidature aux prochaines élections. « En juillet, lorsque le moment sera venu, je déposerai ma candidature. Je suis déterminé, je suis prêt, je veux pouvoir travailler pour mon peuple. Kabila a terminé son mandat, et sur ce sujet, la Constitution est très claire, l’accord de la Saint-Sylvestre aussi », dit-il à nos confrères.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...