l'info en continu

Funérailles de Tshisekedi : à quoi joue l’UDPS ?

- Publicité-

C’est à l’issue d’une conférence qui aura eu le mérite d’énerver les journalistes venus en nombre au siège de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) samedi à Kinshasa, que Jean-Marc Kabund a annoncé un nouveau volte-face dans la longue série liée au rapatriement de la dépouille Tshisekedi.

Alors qu’un message a été envoyé à la presse pour une conférence de presse samedi 22 avril à 10h, il fallait attendre jusque 13h (heure de Kinshasa) pour voir Jean-Marc Kabund, Secrétaire général de ce parti de l’opposition faire surface. A ses côtés, Félix Tshisekedi, fils du leader historique de l’opposition décédé à Bruxelles, le 1er février dernier. Une situation qui a fini par énerver plusieurs journalistes, qui n’ont pas hésité à claquer la porte.

- Publicité-

Le communiqué lu par le Secrétaire général Jean-Marc Kabund annonce la décision du parti d’enterrer son leader finalement au siège situé à Limete, dans la capitale congolaise; alors que la dépouille devrait arriver à Kinshasa le 12 mai 2017. « La dépouille du président feu Docteur Étienne Tshisekedi wa Mulumba sera rapatrié au pays le 12 mai 2017 (…) le père de la démocratie sera inhumé au siège de l’UDPS, situé au 2600 sur Petit Boulevard Lumumba dans la commune de Limete à Kinshasa (…) la dépouille mortuaire sera exposée au Palais du Peuple« , dit-il.

Dans son explication, le Secrétaire général semble justifier un passage en force, imputant le retard lié à cet enterrement au gouverneur de Kinshasa André Kimbuta. Pour autant, cette sortie constitue une nouvelle volte-face au sein de ce parti de l’opposition.

Le 17 avril, Félix Tshisekedi a confirmé, comme il l’a annoncé plusieurs jours avant, que son père allait être enterré dans son village d’origine, Kabeya Kamuanga, dans la province du Kasaï Oriental. Une décision qui fairait suite à des longs jours d’infructueuses tractations entre le gouvernement et les familles politique et biologique du Sphinx.
Pour Félix Tshisekedi, son père devrait se reposer en attendant un gouvernement qui pourra lui offrir des obsèques dignes de ce nom. « Nous allons enterrer le président Tshisekedi dans le Kasaï. Demain, quand nous serons au pouvoir, on pourra l’honorer comme il se doit. Nous avons décidé, la date du rapatriement de son corps sera fixée dans les heures à venir« , affirmait le président du Rassemblement.

Les autorités congolaises disent n’avoir pas été informées du retour de la dépouille de Tshisekedi au 12 mai. L’Hôtel de Ville de Kinshasa dit n’avoir pas autorisé d’enterrement au siège de l’UDPS à Limete.  « Nous ne sommes pas au courant de cette annonce et à notre connaissance, il est interdit d’inhumer dans des zones habitées« , a répondu le service de presse de l’Hôtel de ville de Kinshasa.

Du bluff ?

Cependant, les proches d’Étienne Tshisekedi affirment qu’il aura bel et bien le rapatriement du corps pour le 12 mai. « Nous avons montré notre bonne foi, et le Pouvoir s’est joué de nous. Nous ne pouvons plus nous permettre de bloquer la dépouille du président à Bruxelles aussi indéfiniment« , explique Me Bakajika, le Directeur de cabinet adjoint de Félix Tshisekedi. L’avocat congolais explique que les opposants n’ont pas obligation de demander la permission des autorités congolaises pour enterrer leur leader à la permanence de son parti à Limete.

Les proches de Tshisekedi ont plusieurs fois fait volte-face dans ce dossier des funérailles du leader de l’opposition. Après des tractations qui ont duré tout le mois de février, où l’UDPS avait initialement conditionné le rapatriement et l’enterrement de son leader par la mise en place d’un nouveau gouvernement de transition, conformément à l’accord du 31 décembre, une solution semblait finalement être trouvée entre le gouvernement, la famille et le parti politique de Tshisekedi au début du mois de mars.

Ainsi, alors que l’UDPS voulait l’inhumer dans le siège du parti à Limete, André Kimbuta, le gouverneur de la ville-province de Kinshasa, a finalement tranché le débat, signant un arrêté qui donnait un espace d’environ 50 m de long et 10 m de large, situé juste devant l’entrée principale du cimetière de la Gombe, pour le fameux mausolée tant souhaité. Une décision qui semblait convenir à tous les acteurs, puisque Mgr Gérard Mulumba, jeune frère d’Étienne Tshisekedi, annonçait même dans la foulée un rapatriement de la dépouille pour le 11 mars.

La situation finira par se compliquer. Le 06 mars, la famille fait volte-face. Expliquant les causes de cette décision, Gérard Mulumba a laissé entendre: «Quand nous étions à Bruxelles, nous pensions que tout le monde était d’accord pour l’enterrer sur ce site choisi par les autorités de Kinshasa. Mais une fois sur place, nous nous rendons compte que les membres de la famille restés à Kinshasa et la base de l’UDPS sont catégoriquement opposés à cette option».

« Nous devons d’abord renégocier un autre site avec les autorités», a conditionné Mgr Mulumba.

Dans les coulisses, l’UDPS et la famille ont finalement réitéré leur souhait d’enterrer le défunt au siège de ce parti de l’opposition à Limete. Ce que le gouvernement refuse, opposant une fin de non-recevoir. La décision a été prise à l’issue d’un Conseil des ministres le 10 mars à Kinshasa, arguant qu’il ne peut y avoir d’inhumation « dans un site urbanisé habité ». En réaction, l’UDPS a annoncé qu’elle allait passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

« Ils [les membres du gouvernement] oublient qu’ils assument les responsabilités d’Etat et non de militantisme au niveau de leurs partis politiques. Je vous informe que nous au niveau du parti, on s’organise pour préparer un endroit à l’enceinte de notre permanence pour enterrer le président [Tshisekedi]. C’est ce que nous allons faire maintenant. Nous avons montré notre bonne volonté cela fait un bon bout de temps, ils n’ont pas compris, ils nous ont pris pour des imbéciles, maintenant, nous allons passer à la vitesse supérieure« , avait fait savoir Augustin Kabuya, Porte-parole de l’UDPS, joint au téléphone le même 10 mars par POLITICO.CD.

« Nous avons dit au gouverneur de la ville que s’il ne nous donne pas un lieu public, nous allons enterrer notre président au siège du parti. Le secrétaire général a été contacté par les ingénieurs belges qui ont déjà fait la maquette. Nous pensons que les travaux vont commencer bientôt« , a ajouté Peter Kazadi, cadre de l’UDPS, le jour suivant sur les antennes de la radio TOP CONGO. « L’autorité urbaine va fléchir et n’interviendra pas pour arrêter les travaux« , avait-il promis

Au 22 mars, les journalistes de POLITICO.CD se sont rendus sur place au siège de l’UDPS à Limete pour vérifier l’état d’avancement de ces travaux. Le constat est sans appel: rien n’y est fait. Alors que le Secrétaire général, Jean-Marc Kabund a convoqué une conférence de presse le même jour, de combattants [surnom donnée aux militants de ce parti] venus répondre présents ont confirmé à nos journalistes n’avoir jamais vus des préparatifs autour de la construction de ce mausolée.

Joint au téléphone par POLITICO.CD, Jean-Marc Kabund-a-Kabund expliquait la situation : « Nous sommes dans un bras de fer [avec le gouvernement]. Et comme nous sommes dans un bras de fer, nous sommes encore en train de tout mettre en oeuvre, à accentuer la pression pour que nous obtenions gain de cause.»

« C’est ne pas de notre faute que les travaux n’ont pas encore commencé. Le moment venu, les travaux vont commencer. C’est notre stratégie, nous savons ce que nous sommes en train de faire, les travaux vont commencer« , avait promis le Secrétaire général de l’UDPS.

Le programme publié ce samedi par Jean-Marc Kabund prévoit en outre une exposition de la dépouille au Palais du peuple. Une situation de bras de fer qui semble se poursuivre, alors qu’un rapatriement pour le 12 mai comme annoncer reste hypothétique.

- Publicité -

9 Commentaires

  1. Desis l’amateurisme oui de l’auteur de cet article et de toi qui commente un article qui n’est pas signé!!!
    voici ce qui’est écrit dans l’introduction de cet article;
    Près de trois mois après le décès d’Etienne Tshisekedi à Bruxelles à l’âge de 84 ans, son parti, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), a une fois de plus annoncé le rapatriement de sa dépouille au pays, sans pourtant visiblement avoir l’accord des autorités.
    voici ma question à l’auteur cet article;
    Q/ faut il un accord du gouvernement pour rapatrier la dépouille de Mr Étienne Tshisekedi?
    Q/ si la dépouille n’a pas été rapatrier jusqu’à aujourd’hui ce que le gouvernement bloque le processus et ne donne pas son accord??
    Desis réfléchis deux fois avant de dire quoi que ce soit à l’avenir.

    • ELKABONG,
      R/ Si vous pensez vraiment que Mr ETwM est un citoyen lambda alors rapatriez sa depouille comme bon vous semble; mais si vous aviez reflechi 2 fois avant d’ecrire, vous aurez vite compris que le defunt est un ancien Premier ministre (entre autres fonctions) et un grand leader (chef de file de l’opposition) drainant des foules et a ce titre le pouvoir devrait etre associe a tout ou partie du processus funeraire. Est-ce si difficile a comprendre, tout fanatisme mis au placard?
      Q/ Vous: »si la dépouille n’a pas été rapatrier jusqu’à aujourd’hui ce que le gouvernement bloque le processus et ne donne pas son accord?? »
      R/ Ne faites pas semblant car en lisant l’article, vous comprendrez que la famille et le parti du defunt n’ont pas facilite les choses pour ne pas dire plus! Le gouvernement devait meme avoir debloque quelques sous pour les obseques notamment pour la construction du « mausolee ». Renseignez-vous.
      Bon a la fin si vous n’accedez toujours pas a mes explications, je vais vous laisser votre RAISON (de professionnel) comme vous voulez. Paix pascale chez vous!

    • Je te plains Elkabong parce que Tshisekedi est un commun de mortels comme nous autres,c’est un Congolais lambda. Et Mulumba Lukoji,Birindwa,j’en passe,ils ont été enterré comme tout autre personne. S’il en est ainsi,nous allons commencer à enterrer nos morts partout où nous semblerait bon. La délégation qui séjourne à Bruxelles s’engraissent aux frais du contribuable Congolais. Tellement que tu es chauvin,tu ne peux pas discerner la réalité des faits qui sont évidentes. Demeure dans ton fanatisme aveuglé car même pour ta mère tu ne t’aurais pas fais autant des soucis comme tu es préoccupé pour l’inhumation de Tshisekedi comme si c’était la dernière carte que tu jouerais pour assurer tes vieux jours.

    • Attendons l’UDPS au pouvoir; nous allons enterrer nos morts partout comme bon nous semble.
      Quel manque de respect pour cet homme !
      C’est vrai que les vaches valent plus que les hommes chez vous mais pensez à la grandeur de Ya TSHITSHI qd mm. C’est malheureux avec le Kasaï.

  2. A chaque fois que l’UDPS est en difficulté politiquement il reccourt à la dépouille mortelle de TSHITSHI.Les amis de l’UDPS reflechissent comme des « cons battants ». la dépouille va venir de Bruxelle et l’avion va atterir sur quel aéroport? Quand on est opposant parfois on oublie que celui qui a le pouvoir il en fait usage en fonction de sa volonté en AFrique. La famille de TSHITHSI ferait mieux de collaborer avec KIMBUTA et enterer leur pere dans le calme et la dignité.

  3. Partout au monde , avec les autorisations des autorités ou dirigeants on peut enterre une personne dans sa propriété , arrêtons rendre difficile ce qui est facile . Le cimentière n’est pas une obligation , je mets au défis de montrer un décret ou une loi impose à tous citoyens d’aller enterre seulement et seulement dans un cimentière .
    Soyez sérieux mes amis, je vous rappelle que les cardinaux sont enterrés à notre dame, il y a pas d’habitation aux environs de cette église ?
    Le problème est que l’UDPS peut enterrer à ses frais dans son siège mais seulement qu’il faut une autorisation et voir comment ils vont emménagés le site. Mais ce qui est vrai, les autres aussi n’accepterons jamais une telle chose .
    Même le débat pareil s’est inutile , On parle de deuil , le Mr est mort , Comme si on a perd d’un YA TSHISHI mort,
    Aujourd’hui tous est débat, l’UDPS décide d’enterrer à ses frais et alors le gouvernement économise , pourquoi forcer une famille politique ou biologique à prendre votre argent. BOTIKA BA SALA Mais vous aussi UDPS enterré votre une fois pour toute; j’espère que cette foi ci c’est la bonne

  4. kabund esclave des extremistes kasaiiens .il dit quelque chose sans réfléchir c’est dommage pour ce petit con. est ce son enfant qui s’est pendu dans sa chambre sera enterré dans sa parcelle

Comments are closed.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU

%d blogueurs aiment cette page :