Selon le ministère de la santé, l’épidémie d’Ebola dans la région de Beni est la 4e épidémie la plus grave de toute l’histoire de la RDC
Un agent sanitaire se prépare à s’occuper de l’entretien des effets dans un centre de traitement Ebola géré par l’ONG ALIMA. Photo: Fiston Mahamba

Déclarée depuis le 1er aout 2018 dans la commune rurale de Mangina (30 kilomètres au nord-ouest de Beni), la dixième épidémie de la maladie à virus Ebola est déclarée deux mois après comme étant la quatrième épidémie la plus grave de toute l’histoire de la RDC par le ministère de la santé.

L’insécurité et la méfiance communautaire: les grands challenges pour vaincre Ebola à Beni

L’insécurité dans la région de Beni, en proie aux massacres de civils par une nébuleuse rébellion de l’Alliance de Forces Démocratiques (une rébellion islamiste Ougandaise) et la résistance communautaire dans les territoires de Beni et Lubero sont les principaux défis auxquels se confrontent l’équipe de riposte.

En septembre dernier, le département d’Etat Américain avait ordonné aux membres de l’équipe Américaine du Centre de contrôle et de prévention des maladies, CDC, de quitter la région de Beni suite à l’instabilité dans la zone. Depuis, ces experts américains ne sont plus encore rentrés à cause de la volatilité de la situation sécuritaire, ponctuée par les attaques rebelles tous les derniers jours de semaines contre les civils, l’armée Congolaise et les casques bleus de la mission Onusienne en RDC.

La ville de Beni, nouveau foyer de la maladie à virus Ebola

Le nombre de cas confirmés en ville de Beni a dépassé le nombre de cas confirmés à Mabalako, l’épicentre de l’épidémie note le dernier bulletin d’informations du ministère de la santé consulté par POLITICO.CD.

Le 12 ocotbre dernier, le ministère de la santé de la RDC alertait que “depuis le début du mois d’octobre, une augmentation importante du nombre de nouveaux cas confirmés a été observée principalement à Beni“.

“Entre le 1er et le 11 octobre 2018, 39 nouveaux cas confirmés ont été rapportés, dont 32 seulement à Beni, ce qui représente 82% de tous les cas confirmés rapportés sur cette période” écrit le communiqué du ministère de la santé, qui chapeaute les efforts nationaux et internationaux dans la lutte pour l’éradication de cette maladie dans la région de Beni.

“Plus spécifiquement, 35 de tous les nouveaux cas confirmés ont été rapportés entre le 4 et le 11 octobre 2018 (soit ces 7 derniers jours). Sur ces 35 cas confirmés, 29 étaient à Beni, soit 82%” explique le document dont POLITICO.CD a reçu une copie.

Hausse de cas et engouement pour la vaccination en vue de briser la chaîne de propagation

Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 16.973 personnes ont été vaccinées, dont 6.832 à Beni, 4.351 à Mabalako, 1.663 à Mandima, 1.392 à Katwa, 1.085 à Butembo, 500 à Masereka, 434 à Bunia, 355 à Tchomia, 240 à Komanda, 121 à Oicha.

Le dernier bulletin d’informations du ministères de la santé publié dimanche dernier  indique 211 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 176 confirmés et 35 cas probables.

Fiston Mahamba (@FMLarousse)

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Comment Nangaa a définitivement flingué ses machines!

Si la Commission électorale comptait sur l’expertise britannique pour imposer une légitimité internationale en faveur des machines à voter très contestées au pays, c’est désormais chose perdue.

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.