Rwanda: une rébellion s’annonce pour “mettre fin au régime de Paul Kagame”

Selon ce communiqué parvenu à la rédaction de POLITICO.CD, les signataires confirment la création d’un mouvement politico-militaire, justifiant leur révolte par le fait que le FPR-Inkotanyi (parti au pouvoir) a dévasté le pays tout en divisant les rwandais. “Constatant que l’unité et la réconciliation des rwandais ne sont plus possibles tant que le FPR et Kagame continuent de pourfendre les opposants tant Hutus que Tutsis”, lit-on dans ce document.

Les auteurs estiment que “la détresse des rwandais est causée par le régime FPR et Kagame à travers les techniques de les paupériser et les affamer par une pression fiscale sans précédent, spoliation à grande échelle ainsi que d’autres multiples stratégies cruelles”. Ainsi, fustigent-ils le lavage de cerveau de la jeunesse rwandaise par le FPR qui, selon ce mouvement rebelle, s’est accaparé de tout le patrimoine du pays.

La nouvelle rébellion indique que “Kagame n’a aucune intention de renoncer aux massacres dont la terreur devient le moteur de son système”. Les dirigeants de la rébellion s’indignent du fait que les victimes actuelles du régime de Kigali “sont les rescapés du génocide devenu le fonds de commerce de Kagame alors que c’est lui-même qui en a donné le coup d’envoi, le jour où il a abattu l’avion transportant les Présidents Habyarimana du Rwanda et Ntaryamira du Burundi en date du 06 avril 1994”.

“Affranchie de l’esprit de ségrégation”

La rébellion s’attaque à la récente modification de la constitution par le président Paul Kagame, la qualifiant de frauduleuse pour “s’éterniser au pouvoir, préférant recourir à la diabolisation de ses opposants, tout en assassinant certains d’entre eux tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays”. Les dirigeants du mouvement dénommé “Mouvement Rwandais pour le Changement Démocratique (MRCD)” sont déterminés à affronter toutes formes de “racisme, régionalisme, injustice à outrance et abus aux droits humains”.

“La jeunesse du MRCD, qui est déjà affranchie de l’esprit de ségrégation qui caractérise le FPR, se met en marche pour voler au secours du Rwanda. Nous avons créé la force armée dénommée FLN (Forces de Libération Nationale/National Liberation Forces) et nous lui avons assigné la mission de mettre un terme, sans délai, au pouvoir dictatorial du FPR-Kagame”, averti les nouveaux opposants armés au régime de Kigali.

De leur point de vue, “les FLN/NLF useront de tous les moyens possibles y compris la lutte armée pour chasser le FPR du pouvoir, puisqu’il a refusé toutes voies pacifiques”, avant d’ajouter que les FLN/NLF arrivent “pour secourir tous les Rwandais”.Ces forces, précise le communiqué, sont composées de toutes les ethnies: “Hutu, Tutsi et Twa”.

Dans ce document de trois pages, le MRCD affirme avoir attaqué récemment quelques villes et agglomération du territoire Rwandais dont Cyangugu, Nyamagabe, Nyaruguru, Bugesera et Huye où leurs troupes auraient infligé des pertes en vies humaines à l’armée gouvernementale du Rwanda.

 

Fiston Mayamba

4 commentaires
  1. ce sa qui manque pour metre fin au massacres de congolais kagame il faut qu´ils sois arrete ou tuer pour la fin de crime de congolais

  2. Tel est aussi le signe de Kabila.il faut toujours les poursuive par les armes car ils veulent s’etrniser au pouvoir. Ce n’est pas une royaume

  3. Cette histoire est un mascarade. Vous verrez demain le Rwanda (FPR) venir au Congo soit disant traquer les rebelles se touvant au Congo qui veulent leur destabiliser. Ceci sera une justification, pourtant leur vrai but est de continuer le pillage, massacre et faciliter Joseph Kabila a rester au pouvoir. Je regrette que ca soit les Congolais qui sont les premiers a propager cette information qui est fausse et sans vrai fondement. Nous ne devons pas aider le rwanda a destabiliser notre pays par de rumeurs.

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions.