Selon ce communiqué parvenu à la rédaction de POLITICO.CD, les signataires confirment la création d’un mouvement politico-militaire, justifiant leur révolte par le fait que le FPR-Inkotanyi (parti au pouvoir) a dévasté le pays tout en divisant les rwandais. “Constatant que l’unité et la réconciliation des rwandais ne sont plus possibles tant que le FPR et Kagame continuent de pourfendre les opposants tant Hutus que Tutsis”, lit-on dans ce document.

Les auteurs estiment que “la détresse des rwandais est causée par le régime FPR et Kagame à travers les techniques de les paupériser et les affamer par une pression fiscale sans précédent, spoliation à grande échelle ainsi que d’autres multiples stratégies cruelles”. Ainsi, fustigent-ils le lavage de cerveau de la jeunesse rwandaise par le FPR qui, selon ce mouvement rebelle, s’est accaparé de tout le patrimoine du pays.

La nouvelle rébellion indique que “Kagame n’a aucune intention de renoncer aux massacres dont la terreur devient le moteur de son système”. Les dirigeants de la rébellion s’indignent du fait que les victimes actuelles du régime de Kigali “sont les rescapés du génocide devenu le fonds de commerce de Kagame alors que c’est lui-même qui en a donné le coup d’envoi, le jour où il a abattu l’avion transportant les Présidents Habyarimana du Rwanda et Ntaryamira du Burundi en date du 06 avril 1994”.

“Affranchie de l’esprit de ségrégation”

La rébellion s’attaque à la récente modification de la constitution par le président Paul Kagame, la qualifiant de frauduleuse pour “s’éterniser au pouvoir, préférant recourir à la diabolisation de ses opposants, tout en assassinant certains d’entre eux tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays”. Les dirigeants du mouvement dénommé “Mouvement Rwandais pour le Changement Démocratique (MRCD)” sont déterminés à affronter toutes formes de “racisme, régionalisme, injustice à outrance et abus aux droits humains”.

“La jeunesse du MRCD, qui est déjà affranchie de l’esprit de ségrégation qui caractérise le FPR, se met en marche pour voler au secours du Rwanda. Nous avons créé la force armée dénommée FLN (Forces de Libération Nationale/National Liberation Forces) et nous lui avons assigné la mission de mettre un terme, sans délai, au pouvoir dictatorial du FPR-Kagame”, averti les nouveaux opposants armés au régime de Kigali.

De leur point de vue, “les FLN/NLF useront de tous les moyens possibles y compris la lutte armée pour chasser le FPR du pouvoir, puisqu’il a refusé toutes voies pacifiques”, avant d’ajouter que les FLN/NLF arrivent “pour secourir tous les Rwandais”.Ces forces, précise le communiqué, sont composées de toutes les ethnies: “Hutu, Tutsi et Twa”.

Dans ce document de trois pages, le MRCD affirme avoir attaqué récemment quelques villes et agglomération du territoire Rwandais dont Cyangugu, Nyamagabe, Nyaruguru, Bugesera et Huye où leurs troupes auraient infligé des pertes en vies humaines à l’armée gouvernementale du Rwanda.

 

Fiston Mayamba