Il y aurait des arrêtés au Kasaï consultés par AFP, dans lesquels le nouveau gouverneur Denis Kambayi aurait élevé d’anciens membres de la milice Kamwina Nsapu dans sa garde rapprochée, annonce l’agence française depuis le début de la semaine.

Les activistes de droits humains ont contesté cette décision, indiquant qu’elle encourage l’impunité et peut “emmener les gens à mener l’insurrection, espérant se faire gratifier des postes officiels.”

Joint au téléphone vendredi par POLITICO.CD, le gouverneur Denis Kambayi nie l’existence d’une telle décision, mais indique qu’il se rapproche du groupe “Les bâtisseurs de la paix”, un regroupement d’anciens membres de Kamwina Nsapu qui ont accepté de déposer les armes.

Denis Kambayi au téléphone de POLITICO.CD avec Fiston Mahamba