Ouvert le jeudi 07 décembre 2017 à Kinshasa, le tout premier Congrès extraordinaire de la faction de l’UDPS dirigée par Bruno Tshibala s’est clôturé dimanche 10 décembre 2017, avec l’élection du nouveau président, qui n’est autre que le Premier ministre congolais.

Prenant la parole, Bruno Tshibala a exprimé sa « profonde gratitude » pour ce choix “historique” porté à sa personne, tout en promettant de faire tout ce qui est à son possible pour ne pas décevoir les membres de l’UDPS. Il s’est ainsi engagé à s’impliquer activement pour que soient organisées des obsèques dignes de son d’Étienne Tshisekedi.

Il faut entamer et amplifier la réunification du parti… Aujourd’hui, plus qu’hier, l’UDPS a besoin de tous ses enfants”, a-t-il déclaré. Et d’ajouter, « Je suis prêt à me rendre à pied ou à vélo, pour rencontrer tout enfant de l’UDPS, où qu’il se trouve, afin de le ramener à la maison ».

Problème, le Premier ministre, du haut de cette tribune, vient de violer impunément la constitution du 18 février 2006. En effet, l’article 97 al. 2 rend les fonctions du Chef de l’Exécutif incompatibles avec toute responsabilité au sein d’un parti politique, actif soit-il.

— Article 97 de la Constitution.

“Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat électif, de tout emploi public, civil ou militaire et de toute activité professionnelle à l’exception des activités agricoles, artisanales, culturelles, d’enseignement et de recherche.

Elles sont également incompatibles avec toute responsabilité au sein d’un parti politique”.