lundi, octobre 5, 2020
DRC
10,778
Personnes infectées
Updated on 5 October 2020 à 14:11 14 h 11 min
DRC
265
Personnes en soins
Updated on 5 October 2020 à 14:11 14 h 11 min
DRC
10,239
Personnes guéries
Updated on 5 October 2020 à 14:11 14 h 11 min
DRC
274
Personnes mortes
Updated on 5 October 2020 à 14:11 14 h 11 min

Elikia M’bokolo: « Un dialogue sans fond »

- Publicité-

Le Professeur Elikia Mbokolo explique les enjeux du dialogue dans le contexte historique congolais. Devant la caméra de Politico.CD, il donne:

  • Quelques repères historiques;
  • Les préalables au dialogue,

« Le vrai dialogue, c’est pour poser une question et pour la résoudre. Cela en faisant attention que sur une question, il n’y a pas une réponse. Il y a toujours plusieurs réponses. On choisit une par rapport à ceci ou cela. »

Extrait choisi:

« Le problème dans le débat actuel ce qu’on a l’impression qu’il y a plusieurs questions qui sont formulées. On peut même dire qu’il y a déjà des réponses aux questions qui sont formulées. On a l’impression que pour un certain nombre des gens du côté des ceux qui sont au pouvoir la question c’est : Nous on veut rester. A quelle condition vous nous allez nous laisser rester en place. Ceux qui sont dehors, certains d’entre eux diraient en lingala : Botia kiti biso mpe to vanda (Ndld: Arrangez-nous une place autour de la table). D’autres diraient « Bo pusana biso mpe tolia »(Ndld: Bougez-vous pour que nous aussi nous mangeons). Donc face à tout ça si on posait la question qu’il faut, beaucoup des congolais comprendraient la nature de la société dans laquelle nous sommes, la nature du régime dans lequel nous sommes et la question de notre devenir. Aux USA, on discute de la situation de la nation, les noirs, les latinos, l’économie, etc. Les français pose les mêmes questions: l’économie, le social, etc. Ces enjeux-là et ces questions-là, nous, on se les pose pas. Ça voudrait dire que par rapport à beaucoup des ceux qui exercent le pouvoir, la question sociale n’est pas une question, la question économique n’est pas une question, la question culturelle n’est pas une question. Donc la vraie question du Congo est la question du pouvoir : qui va l’exercer et comment on va l’exercer ? Alors qu’on nous dise que l’ouverture des sièges à pourvoir est la solution pour régler les autres questions. Là, on comprendrait. »

Historien, Professeur des universités, le Professeur Elikia Mbokolo est également auteur des plusieurs ouvrages sur l’histoire de la RDC et du continent africain.

Quelques ouvrages :

  • Msiri, bâtisseur de l’ancien royaume du Katanga (Shaba), éd. Nouvelles Éditions africaines, Paris-Dakar-Abidjan, 1976.
  • Noirs et Blancs en Afrique équatoriale : les sociétés côtières et la pénétration française (vers 1820-1874), Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1981.
  • L’Afrique au XXe siècle : le continent convoité, Éditions du Seuil, Paris, 1985.
  • Moi, l’autre, nous autres : vies zaïroises ordinaires, 1930-1980. Dix récits, éd. Safi–Célat, Québec, 1990.
  • L’Afrique noire. Histoire et civilisation, 2 vol., en collaboration avec Sophie Le Callennec, éd. Hatier, Paris, 1992.
  • L’Afrique entre l’Europe et l’Amérique : la place de l’Afrique dans la rencontre des deux mondes, éd. UNESCO, Paris, 1995.
  • Au cœur de l’ethnie (dir. en collaboration avec Jean-Loup Amselle), éd. La Découverte, Paris, 19997.
  • Afrique noire. Histoire et civilisations. Du XIXe siècle à nos jours, coéd. Hatier/AUF, Paris, 2004.
  • Médiations africaines. Omar Bongo et les défis diplomatiques d’un continent, éd. L’Archipel, Paris, 2009.
  • Élections démocratiques en RDC. Dynamiques et perspectives, éd. AGB-PNUD, Kinshasa, 2010.
- Advertisement -
- Advertisement -

2 Commentaires

  1. Je connais le Professeur dépuis longtemps comme historien et savants congolais , où je peux avoir ces nombreux ouvrages pour les achèter ? Et comment faire pour le voir face à face. Je suis Pasteur ici à Bruxelles.

  2. Je suis d’accord avec cette analyse du professeur elikia, le probleme est reellement celui la , en Afrique la situation des populations importe peu;c’est plutot les ventre des dirigeants qui importe, et c’est une situation qui maintien la majorite des pays dans la pauvrete; mais le cas de mon pays , Je ne suis pas contre la majorite; car la politique c’est avant tout etre au pouvoir, mais c’est a quel prix? La majorite peut tout faire pour garde le pouvoir mais en respectant le jeu democratique; on va aux elections et elle defand son bilant ,et nous presente un autre candidat ! Il nya pas a tergiverser pour cela! Mais quand des eminants professeurs passent sur des chaines internationales pour ne parler que du bien d’un individu qui est le seule a pouvoir diriger le pays,que cette personne regorge en elle des potentialites dont le pays ne peut s’en passer…Vraiment on se demande ou on va et si reellement ces gens refflechissent car l’actuel president a trouver le congo et il passera ; rien ne sers a chercher a se moquer du peuple congolais et meme de son president, car Qu’est-ce qu’on a pas fait pour Le president Mobutu? Et ou es -il?

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...