“Il n’y aura plus d’envoyés spéciaux en RDC”: Barnabé Kikaya

“Je viens de lire l’échange d’hier sur la prétendue nomination de l’ancien président Sud Africain Thabo Mbeki comme envoyé spécial de l’Afrique du Sud en RDC et en Afrique Centrale” avance-t-il avant d’expliquer que cette question a été discutée à la veille de la visite de travail du président Cyril Ramaphosa à Kinshasa.

Nous avons rejeté cette idée et cela a été signifié de manière claire à la délégation sud africaine.”

À POLITICO.CD, le diplomate explique qu’il a choisi la toile pour tordre cette fausse information qui y circule et relayée depuis dimanche soir.

“D’où vient alors l’article du Sunday Times? À mon avis, il s’agit d’un « article réchauffé « comme on dit en journalisme, par un éditorialiste en mal de scoop” s’interroge-t-il dans cette publication dans un groupe WhatsApp dont il affirme à POLITICO.CD en être l’auteur.

“Ce qui m’étonne c’est de voir comment la toile congolaise s’est emballée hier! Je peux vous dire sans peur de me tromper qu’il n’y aura plus d’envoyés spéciaux en RDC, fusse-t-il Thabo Mbeki, depuis les expériences malheureuses de Ketumire Masire, Russ Feingold, Tom Periello, Ibrahima Fall ou encore plus récemment Edem Kodjo” poursuit le conseiller diplomatique du président Joseph Kabila.

Barnabé Kikaya Bin Karubi estime que tant que le régime actuel sera au pouvoir, la RDC n’acceptera pas cette représentation diplomatique d’envoyés spéciaux sur son territoire. “À moins que les autres là (faisant allusion à l’opposition Congolaise) gagnent les élections et enterrent de nouveau le discours souverainiste que nous sommes en train d’inculquer à la génération consciente de congolaises et congolais. Arrêtez donc ces idées selon lesquelles ce sont les autres qui résoudront nos problèmes” conclut-il.

En avril dernier, la communauté de développement de l’Afrique Australe, SADC, avait renoncé à sa décision de dépêcher un envoyé spécial en République démocratique du Congo (RDC) pour y suivre la situation politique, et, avait salué les progrès remarquables réalisés par ce pays dans le processus électoral.

“Le sommet a pris note des progrès remarquables réalisés en RDC. A cet effet, il est revenu sur la décision qu’il avait prise consistant à dépêcher un Envoyé spécial en RDC. Il a salué la République de Namibie et Son Excellence Hifikepunye Lucas Pohamba, l’ancien président de la République de Namibie qui s’était montré disponible de servir d’envoyé spécial de la SADC en RDC”, indiquait le communiqué final du sommet pendant lequel la décision a été prise au cours de la double réunion de troïka des chefs d’Etats et des gouvernement de la SADC qui s’est tenue à Luanda, la capitale angolaise.
Fiston Mahamba 
1 commentaire
  1. Du moins je suis d’accord avec cette position du Gouvernement. D’où vient que chaque fois on doit nous envoyer des gens qui viennent nous donner des leçons, alors qu’ils finissent tous par nager dans la médiocrité des politiciens Congolais. Est-ce au Congo, il n’y a pas des structures que ces gens de la SADC, UA etc; peuvent écouter? Il y’a la CENCO, le CNSA, etc.

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…

RDC: Comment Nangaa a définitivement flingué ses machines!

Si la Commission électorale comptait sur l’expertise britannique pour imposer une légitimité internationale en faveur des machines à voter très contestées au pays, c’est désormais chose perdue.

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.