Il est souvent décrit comme l’un des plus grands opportunistes de la scène politique en République démocratique du Congo. Tryphon Kin-kiey Mulumba, dernier porte-parole du dictateur Mobutu Sese Seko, ne s’en cache presque pas. En décembre dernier, il été à la fois candidat indépendant à la Présidentielle; candidat député nationale et provincial pour le compte de la coalition de Joseph Kabila: pour finir par gambader à Limete, le soir de la victoire de Félix Tshisekedi.

Depuis, il se présente comme étant la « deuxième personnalité » de la coalition CACH. Sans jamais que l’on sache ce que cela veut dire. Néanmoins, lui n’a pas froid aux yeux. Déjà qu’il disait, le répète-t-il, à Kabila que Félix Tshisekedi était « la prise du siècle ». Au sein de cette coalition où Félix Tshisekedi doit composer sa majorité parlementaire face à Joseph Kabila, Kin-kiey a le seul avantage de connaître le camp en face ; même s’il n’est pas le seul.

Pour tant, cet homme qui n’a pas pu se faire élire dans son Masimanimba natal, ni à la Députation provinciale, encore moins à la députation nationale, vend l’illussion d’une emprise sur la grande région de l’ex-Bandundu dont il est originaire.  Avec un grain de tribalisme, le fondateur du parti Kabila-Désir (qui existe toujours), veut à présent la part de sa région au prochain govuernement dont les tractations sont toujours en cours.

Dimanche 4 août 2019, il annonce la tenue d’une « réunion de restitution avec les points focaux du Grand Bandundu avec qui il a collaboré en sa qualité de Directeur de campagne de CACH pour cette partie de la RDC ». Cette dernière porte sur « l’évolution de la situation politique en RDC depuis l’entrée en fonctions du nouveau président de la République Félix Tshisekedi et à la veille de la publication du gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba ».

Le Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba a été honoré de rencontrer ces derniers jours, au titre de CACH, Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba avec qui il a longuement échangé sur des questions politiques et d’image extérieure de notre pays”, renseigne le communiqué ayant sanctionné cette réunion de restitution.

Outre cette rencontre, ” il a également rencontré, par deux fois, mercredi 31 juillet 2019 en tête-à-tête et vendredi 2 août 2019 avec les Alliés de l’UDPS cette fois, le Coordonnateur du CACH, l’Honorable 1er Vice-Président de l’Assemblée Nationale, Jean-Marc Kabund-a-Kabund également président a.i. de l’UDPS“, poursuit le communiqué.

Au menu des échanges,  comme le laisse entendre ce communiqué, c’est évidemment la composition du gouvernement.  “A ces trois réunions, le Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba a réitéré ses félicitations aux représentants du CACH aux négociations avec le FCC ainsi qu’à Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo pour le maintien du cap pour le changement que le Congo et les Congolais attendent et auquel Monsieur le Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba s’est tôt inscrit, prenant du coup, tous les risques, dans un contexte politique congolais hyper électrise”, précise le communiqué.

L’heure est à la récompense et les fidèles de Tryphon Kin-kiey Mulumba rappellent :  “Malgré diffamations, intimidations, menaces d’exil et de mort, seules des convictions profondes ancrées dans une vision de sauver la Nation, l’ont déterminé, fait maintenir et réaffirmer le cap Fatshi sur lequel très peu au sein de la classe politique au Congo et ailleurs ne pariait gros après le clash de Genève, ignorant les réalités de ce pays immense, convictions défendues déjà, en temps et en heure, au sein des réunions du Bureau Politique de l’ex-Majorité Présidentielle

Mais il y a un problème. Tryphon Kin-kiey n’a pas été élu. Durant la campagne électorale, l’homme n’a tenu qu’un petit meeting dans sa parcelle à Masimanimba, à deux jours du vote. Aucune autre activité de la campagne de Félix Tshisekedi, largement balayée par celle de Martin Fayulu, n’a eu lieu dans cette province du Kwilu ou ailleurs dans la région du Bandundu.

Ainsi, les points focaux qui viendraient du Bandundu et qui jetteraient leur dévolu sur le patron du journal LE SOFT INTERNATIONAL ne seraient en réalité qu’un nouveau coup de maître orchestré par cet homme qui veut à tout pris sa part dans un gouvernement Ilunkamba déjà embourbé. Des sources confirment cependant sa présence dans le prochain gouvernement. Kin-kiey Mulumba restera à jamais celui qui maîtrise l’art de l’opportunisme politique dans ce pays.  

TOUMA T.