Épinglée par un correspondant de la RFI à Jérusalem pour espionnage contre les opposants et les kabilistes, la société d’espionnage israélienne Blackcube ne reconnait pas avoir en RDC. “La société BLACKCUBE s’insurge contre toutes les allégations et publications faites, ce jour, en lien avec la RDC, et affirme par le présent communiqué qu’elles sont complètement fausses,” peut on lire dans un communiqué de mise au point de Blackcube.

Et de poursuivre: “BlackCube n’a jamais travaillé en République Démocratique du Congo et personne, jusqu’à date, n’a sollicité nos services dans ce pays.

Selon elle, toute l’histoire présentée par différents médias depuis quelques heures n’est qu’un tissu de mensonges, un fantasme tiré des livres d’espionnage. “L’émission de télévision UVDA, leur source, n’a présenté aucun document, aucun témoignage, aucune preuve de notre « activité » supposée dans le pays,” indique son service de communication.

Suivant cette entreprise, il s’agit carrément d’un montage grossier de mensonges et de rumeurs avec des descriptions fictives de « chambres d’hôtel » et « d’opérations secrètes », sans aucune base, dirigé par les parties intéressées pour nuire.

“Toute personne familiarisée avec le travail de BlackCube sait que cette société ne travaille pas pour les gouvernements, et qu’elle ne « surveille pas les militants de l’opposition », ni par des écoutes téléphoniques ni par quelconque méthode indécente !” ajoute le communiqué de Blackcube.

Pour ce, Blackcube n’autorisera personne à utiliser sa marque et sa réputation pour des raisons obscures afin de déstabiliser un pays qui vient de connaître sa première transition pacifique de pouvoir au plus haut sommet de l’Etat.

“Certaines organisations, pour justifier les fonds qu’elles reçoivent, veulent torpiller certaines autorités politiques de la RDC, en montant et diffusant des fausses accusations en complicité avec certains médias. BlackCube refuse de servir de bouc émissaire ou de tremplin à cela,” affirme-t-elle.

Ainsi, BlackCube a déposé une plainte pour diffamation devant le tribunal de grande instance de Londres en réclamant 10 millions de livres sterling contre UVDA. Elle assure qu’elle n’hésitera pas à poursuivre quiconque la relierait à la République Démocratique du Congo.

TBM

179 000