7.4% de cas probables et confirmés de la maladie à virus Ebola sont des agents de santé. Selon le rapport hebdomadaire de l’organisation mondiale de la sante parue cette semaine et consulté par POLITICO.CD, 82 agents de sante ont été contaminés. Sur les 82 membres du personnel soignant infectés, 29 sont décédés.

Alors que les membres du personnel soignant de première ligne étaient les premiers bénéficiaires de la vaccination dans les zones de santé affectées par la maladie a virus Ebola, ceux travaillant dans les nouvelles aires de sante et ceux qui prestent dans les structures de santé non affiliées à la riposte restent toujours exposés.

Avec le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Ethique dans sa décision du 19 mai 2018, le ministère de la santé annonce avoir vacciné depuis le 8 août 2018, 95.127 personnes dont, 23.712 à Katwa, 21.470 à Beni, 11.489 à Butembo, 6.109 à Mabalako, 3.781 à Mandima, 3.070 à Goma, 3.005 à Kalunguta, 2.370 à Oicha, 2.317 à Komanda, 1.729 à Masereka, 1.630 à Kayina, 1.552 à Vuhovi, 1.487 à Bunia, 1.413 à Kyondo, 1.357 à Karisimbi, 1.193 à Lubero, 1.025 à Biena, 936 à Musienene,  772 à Mutwanga, 690 à Rutshuru, 557 à Rwampara (Ituri), 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 380 à Mambasa, 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 342 à Kirotshe, 254 à Alimbongo, 250 à Mweso, 245 à Kibirizi, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani.