Les documents et les tendances publiés par le Financial Times, TV5 Monde et Radio France Internationale (RFI), en collaboration avec le Groupe d’études sur le Congo (GEC), un institut de recherche de l’Université de New York, indiquant que le vainqueur de la Présidentielle en RDC n’est pas celui annoncé par la CENI sont “réels”, nous confirme un proche du pouvoir à Kinshasa.

Il y a des corrélations surtout au sujet des chiffres prêtés à la CENI. Nous avions eu les mêmes tendances au lendemain du vote“, confirme une autre source à la CENI.

Selon de nombreuses données électorales que le Financial Times annonce avoir recueilli et représentant 86% du total des suffrages exprimés dans l’ensemble du pays, M. Fayulu a recueilli 59,4% des suffrages. “Le candidat de l’opposition rivale, M. Tshisekedi, qui a été déclaré vainqueur de la surprise la semaine dernière, a terminé deuxième avec 19%, selon ces données“, note-t-on dans une publication mise en ligne le 15 janvier.

Les chiffres fournis, explique Financial Times, proviennent de 62 716 machines à voter réparties dans tout le pays et ont été obtenus à partir de la base de données centrale de la commission électorale avant l’annonce des résultats.

Ces données, celles provenant du moins de la CENI, ont été confirmées “authentiques” par une autre source au pouvoir  à POLITICO.CD. “Ils [les chiffres] sont réels, Il y a bel et bien eu vol de résultats. Et ça vient clairement de Moïse Katumbi“, accuse-t-il sous le sceau d’anonymat.

L’opposant Félix Tshisekedi a été déclaré victorieux de la Présidentielle historique du 30 décembre en RDC. Selon les résultats provisoires publiés le 10 janvier par la Commission électorale, Tshisekedi a remporté la Présidentielle avec 38,57%. Il devance Martin Fayulu qui a recueilli 6.366.732, soit 34,83% et Emmanuel Shadary, le candidat du pouvoir, qui n’a recueilli que 4.357.359 soit 23,84%. Mais Fayulu, un des favoris de ces élections, conteste ces résultats. Jeudi, le candidat de la coalition LAMUKA a saisi la Cour Constitutionnelle pour faire annuler la victoire de son rival.

Aucune de nos trois sources n’a accepté de commenter sur les changements qui ont poussé la CENI à publier alors des résultats qui sont totalement différents de ces tendances, annonçant finalement la victoire de l’opposant Félix Tshisekedi à la Présidentielle.