350 sièges. C’est le chiffre que revendique la coalition au pouvoir en RDC à l’issue des législatives mouvementées du 30 décembre dernier. Pour autant, ces résultats du  camp du président Kabila, qui a largement perdu la Présidentielle, sont contestés.

D’abord au sein du pouvoir. La jeune garde a haussé le ton dès la publication de ces résultats par Commission électorale le samedi dernier. Le président de la Ligue des Jeunes du PPRD, Papy Pungu, ou encore le virulent Thierry Mosenepo, Constant Mutamba et tant d’autres jeunes qui ont porté la candidature d’Emmanuel Shadary sans s’en cacher ont tous perdu aux législatives.

Adam Chalwe, coordonnateur des jeunes de la Majorité Présidentielle et Secrétaire national au PPRD a même démissionné de ses fonctions, appelant sans le nommer, au départ d’Emmanuel Shadary.

Par ailleurs, des nombreuses questions subsistent autour de cette publication des résultats proprement dite. La Commission électorale a en effet choisi de proclamer les résultats des provinciales et des législatives de façon anticipée, à chaque fois au milieu de la nuit et en convoquant la presse à la dernière minute. Son calendrier électoral prévoyait pourtant ces annonces après l’investiture du président élu.

Plus étonnant, comme le signale la RFI, un certain nombre de bureaux de vote de l’intérieur du pays, “par exemple à Goma, des sacs de bulletins de vote pour les législatives se trouvent toujours dans les centres de compilations, scellés, sans que personne n’ait commencé à les dépouiller.

“Dans d’autres centres, le processus de compilation était loin d’être terminé au moment même où à Kinshasa les résultats étaient annoncés. Comment la Céni a-t-elle donc pu confirmer le nom des 485 députés élus ?” s’interroge le média français.

Dans le pays, des élus du pouvoir sont contestés. C’est le cas à Fizi et Baraka, dans la province du Tanganyika, où ils ont été des milliers à descendre dans les rues pour dénoncer le score du directeur de cabinet du président Joseph Kabila, Néhémie Wilondja.

Même l’UDPS de Félix Tshisekedi conteste finalement ces résultats. Au cours d’un échange avec la presse lundi à Kinshasa, Vidiye Tshimanga, porte-parole de Félix Tshisekedi, a annoncé que le principal d’opposition allait saisir la Cour Constitutionnelle pour dénoncer les résultats des législatives.  “Une équipe d’avocat qui est dirigée par Maitre Mukendi a préparer un dossier qui sera déposé aux autorités compétentes”, a-t-il dit.