Un nouvel accord entre Félix Tshisekedi et Martin Fayulu est-il possible?

Réunir à nouveau les forces de l’opposition autour d’une coalition entre Félix Tshisekedi et Martin Fayulu. C’est l’idée peu réalisable du député Claudel André Lubaya, président de l’Union  Démocratique Africaine Originelle (UDA) et cadre de la coalition ENSEMBLE. “Après l’Accord de Genève et celui de Nairobi, il y a lieu d’entrevoir un ACCORD de Kinshasa pour CONSOLIDER l’unité de l’opposition“, affirme-t-il, estimant que c’est la “SEULE voie pour anéantir le projet funeste du FCC et ouvrir une nouvelle perspective à notre peuple.

En effet, après avoir retiré leurs signatures d’un accord signé le 11 novembre désignant Martin Fayulu comme candidat de sept ténors de l’opposition à la prochaine Présidentielle, Félix Tshisekedi, leader du principal parti d’opposition en RDC et Vital Kamerhe, président de l’UNC, ont signé un accord vendredi à Nairobi pour une coalition électorale. Vital Kamerhe, qui s’est désisté en faveur de Félix Tshisekedi, devrait être nommé Premier ministre si le président de l’UDPS remportait cette élection.

“Un retour impossible”

Cependant, l’idée du député Lubaya reste peu réalisable. D’un côté, Martin Fayulu, farouchement soutenu par Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, appelle Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe à “revenir à la raison”, alors que dans un communiqué publié hier à Kinshasa, l’UDPS et l’UNC affirment être disposées à accueillir leurs anciens alliés dans la nouvelle coalition.  Rien n’indique qu’un camp soit prêt à se retirer au profit de l’autre.

C’est un voeu pieux de Lubaya, mais dans l’immédiat, cela semble impossible. Il est déjà trop tard. De plus, s’il y a des nouvelles négociations, rien n’est sûr qu’elles aboutissent, alors que l’UNC et l’UDPS ont des accords poussés et ne devraient pas céder leurs avantages au profit de Katumbi ou Bemba“, explique un analyste à Kinshasa.

Outre la désignation du candidat commun à la présidentielle, il y a également plusieurs questions qui ont divisé les opposants. Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi et Adolphe Muzito, tous exclus de cette présidentielle, ont préféré choisir Martin Fayulu comme candidat, qui refuse de prendre part à la Présidentielle avec la machine à voter, contrairement à Félix Tshisekedi ou Vital Kamerhe.

En outre, l’explosion de l’accord de Genève a créé des tensions entre les deux blocks de l’opposition. Leurs partisans restent farouchement opposés. Moïse Katumbi ou Jean-Pierre Bemba ont vivement critiqué Félix Tshiskedi et Vital Kamerhe. Leurs proches accusent notamment les leaders de l’UNC et l’UDPS d’être “payés” par Kabila.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Comment Nangaa a définitivement flingué ses machines!

Si la Commission électorale comptait sur l’expertise britannique pour imposer une légitimité internationale en faveur des machines à voter très contestées au pays, c’est désormais chose perdue.

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement. 

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

Et si Nangaa et Fayulu disaient la même chose?

Le président de la CENI a fait savoir que seuls les bulletins papiers seront comptabilisés et pris en compte durant les prochaines élections, rejoignant peut-être la position de l’opposition Martin Fayulu, candidat de la coalition LAMUKA.