RDC: Vers un nouveau front de l’opposition autour de Bemba et Katumbi?

Rien n’est officiellement encore fait, mais les discussions sont en cours.” Cette confirmation vient d’un proche de Moïse Katumbi, l’un des leaders de l’opposition congolaise écartés de la prochaine présidentielle. Comme lui, Jean-Pierre Bemba a également subit le même sort lundi à Kinshasa, où la Cour Constitutionnelle a confirmé son invalidation à la suite de sa condamnation pour subornation des témoins par la CPI.

Le Mouvement de Libération du Congo (MLC), parti de Bemba, a haussé le ton cet après-midi, menaçant de boycotter l’actuel processus électoral. Bien plus qu’une menace, ce parti majeur de l’opposition a pris langue avec d’autres coalitions pour la mise en place des mesures communes.  A Bruxelles, Adolphe Muzito, ancien Premier ministre également écarté de la Présidentielle, a rencontré Katumbi lundi soir. Les deux leaders ont convenu de mettre en place un cadre des discussions avec notamment Jean-Pierre Bemba et d’autres leaders de l’opposition.

Selon Adolphe Muzito, cité par LE SOIR,  l’idée de créer un nouveau « Front de l’opposition » serait en cours. Avant de s’envoler vers Bruxelles, l’ancien cadre du PALU avait rencontré à Kinshasa plusieurs opposants dont Pierre Lumbi (plateforme « Ensemble »), Martin Fayulu, ou encore  Matungulu et  Eve Bazaiba représentant Bemba,

«  Il nous faut discuter de choses concrètes, comme des réformes qui mèneraient à des programmes avec le FMI et la Banque mondiale auprès desquels nous devrions négocier des emprunts massifs afin de sortir le pays du marasme… Chacun a sa vision, nous devons aller vers la synthèse et je suis venu en Europe en mission, afin de consulter mes pairs», explique Adolphe Muzito à nos confrères belges mardi.

Des sources concordantes, des autorités belges encourageraient cette “réunification” de l’opposition. M. Muzito annonce même l’adoption prochaine d’un prochaine qui sera épaulée par le vice-Premier ministre belge et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. «  Ce qui compte, c’est que nous puissions adopter un programme commun, que votre ministre des Affaires étrangères évoquera ensuite lors de son prochain voyage en Angola et à Brazzaville »

2 commentaires
  1. Muzito m’etonne franchement. Donc lui ne voit et ne reflechi qu’en termes des prets a solliciter aupres des Institutions FMI et Banque Mondiale. C’est ca la ligne maitresse de sa politique, endetter et surendetter le pays afin d’imposer des sacrifices additionnels au people qui en paie deja in prix bien lourd. Au plan interne, quelles sont les reformes qu’il preconise pour mobiliser plus des recettes stables et durable? La-dessus il reste vraiment evasif. Je deteste cette facon de reflechir et finalement, je crois donner raison au FCC qui voit en ces gens des petits bebes qui veulent toujours vivre suivant les caprices des capitaux occidentaux

    1. Tres cher Sasa. L’idee de s’endetter n’est pas nouvelle dans le monde moderne et encore moins mauvaise quand on accompagne cela des programmes bien definis et transparents. L’exemple de la Grece aujourd’hui devrait plutot nous inspirer. L’Etat Congolais est en faillite et cela n’est plus a demontrer. La RDC regorge des richesses oui, mais ces richesses ne se ramassent pas. Il faut des investissement pour receullir ces richesses et les valoriser. Comment y arriver sans fonds? Tous les pays developpes que tu connais sont endettes, mais ce qui fait la difference, c’est la transparence dans la gestion des fonds.

Les commentaires sont fermés

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions. 

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.