Joseph Kabila prendra la parole dans la soirée, à l’occasion du 58ème anniversaire de l’accession de la République démocratique du Congo à l’indépendance, ont confirmé des sources proches de la présidence congolaise à POLITICO.CD.  Selon un haut responsable du parti au pouvoir, alors que le président congolais est attendu au tournant, notamment à cause de rumeurs qui entourent sa probable candidature à la prochaine présidentielle, le Chef de l’Etat congolais devrait plutôt annoncer son retrait.

Selon le dernier discours que j’ai pu consulter, il s’agit d’une adresse émouvante à la Nation, où le président va, pour la première fois, annoncer des grandes nouvelles sur son avenir“, rapporte-il, refusant de donner plus de détails.

L’opposition congolaise, l’Eglise catholique et plusieurs organismes nationaux et internationaux ont haussé le ton contre des rumeurs annonçant une candidature de Kabila à la Présidentielle du 23 décembre. « Il y a toujours beaucoup d’incertitudes quant à savoir si le Président Kabila va se retirer en accord avec la Constitution, et permettre un scrutin crédible qui marquerait la première transition démocratique en RD Congo depuis son indépendance », a déclaré Ida Sawyer, directrice pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch. « Si Kabila ne le fait pas, cela renforcera le risque de violences et d’instabilité à grande échelle, avec des conséquences potentiellement désastreuses pour toute la région. »

Si la Présidence congolaise à toujours démenti cette hypothèse, un proche du Président, le député Stanley Mbayo, a affirmé la semaine dernière à POLITICO.CD que son parti, membre de la majorité au pouvoir, allait déposer la candidature de Kabila à cette présidentielle. Pour le président du Mouvement des indépendants réformateurs (MIR),  son parti est libre de présenter la candidature du président congolais, sans violer la Constitution. “La Constitution vous dit, le Président de la République est élu pour un mandat de cinq ans, une fois renouvelable. La loi électorale vous dit, le mandat appartient aux partis politiques. Quand un élu démissionne de son parti, il perd son mandat“, introduit-t-il.

En 2006, Joseph Kabila se présente (comme) candidat indépendant aux élections présidentielles. En 2011, il y a un congrès du PPRD à Mbandaka, qui plébiscite Joseph Kabila candidat président de la République sur la liste PPRD (…) Joseph Kabila leur dira: je dois renouveler mon mandat, il a renouvelé son mandat en tant qu’indépendant“, ajoute-t-il.