Dans une lettre datée du 3 mai 2018 et adressée au président Joseph Kabila,  avec copie à d’autres officiels Congolais, l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, un programme conjoint de la fédération internationale des ligues des droits de l’homme et de l’organisation mondiale contre la Torture (Omct), invite le Chef de l’Etat congolais à s’impliquer pour la libération de l’activiste Carbone Beni, détenu dans les locaux de services de sécurité et dont son état de santé se détériore.

Une source proche d’une autre organisation des droits de l’homme  Human rights Watch (HRW) signale que l’activiste a de douleurs au bas ventre provoqués par les coups subis lors de son attestation avec d’autres militants.

Carbone Béni a été conduit le 1er mai courant à la clinique Ngaliema où les médecins lui ont diagnostiqué une hernie et une appendicite, signale Hrw.

D’autres activistes prodemocratie arrêtés avec Carbone Béni comme Palmer Kabeya souffre de complications dues à son asthme.

Carbone Beni et d’autres activistes ont été arrêtés le 23 décembre 2017 alors qu’ils mobilisaient la population à prendre massivement part à la marche Pacifique qu’organise le comité Laïc de coordination(Clc) le 31 décembre 2016 ,pour exiger l’application intégrale de toutes les dispositions nécessaires de l’accord du Centre Interdiocesain.

Kerima