Abou Dabi boude à son tour la Conférence de Genève et soutient Kinshasa

Le gouvernement de la République démocratique du Congo vient d’enregistrer un nouveau soutien dans le cadre de son boycott de la Conférence internationale des donateurs qui se tient à Genève le 13 avril prochain.  Vendredi, les Emirats Arabes Unis, un des pays co-organisateurs de cette conférence humanitaire, s’est désisté, manifestant son soutien au gouvernement congolais.

Si la République démocratique du Congo ne soutient pas cette conférence, les Émirats arabes unis n’y participeront pas“, note Abou Dabi dans une lettre en anglais et traduite par POLITICO.CD. “La Mission permanente des Émirats arabes unis auprès du Bureau des Nations Unies et des autres organisations internationales à Genève saisit cette occasion pour renouveler à la Mission permanente de la République démocratique du Congo les assurances de sa très haute considération“, ajoute-t-elle.

La RDC ne devrait toujours pas participer à la conférence des donateurs organisée le 13 avril prochain à Genève, rapporte une source aux Affaires étrangères. Selon ce diplomate congolais, les “excuses présentées” par le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux Affaires humanitaires, Marc Lowcock, dans une lettre adressée le 3 avril au vice-Premier ministre congolais et ministre des Affaires étrangères Léonard She Okitundu, ne suffisent pas.

Ce changement de cap intervient après une rencontre ce même vendredi au Sommet des Non Alignés à Bakou, entre le Vice-premier Ministre She Okitundu et Dr. Anwar Mohammed Gargash, Ministre d’Etat aux Affaires Etrangères des Emirats sur le sujet. Pour la diplomatie congolaise, il s’agit d’une “victoire sans appel pour la RDC”.

La semaine dernière, les Nations Unies ont averti que la planète était confrontée à la “pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale”, avec un risque de malnutrition et de famine pour 20 millions d’habitants de trois pays d’Afrique et au Yémen. A la grande surprise, la République démocratique du Congo s’est retrouvée parmi dans la classification des crises humanitaires à travers le monde. L’ONU affirme ainsi que la crise en RDC est du niveau L3, la même que celle de ces pays en guerre, y compris la Syrie

Une classification que dénonce Kinshasa, qui accueille même des réfugiés des pays comme le Sud Soudan ou encore le Burundi en proie à des conflits sur son sol. Mardi 3 avril à Kinshasa, le ministre Okitundu monte au créneau. Lors d’une conférence de presse au ministère des Affaires étrangères, il divulgue une lettre adressée par le gouvernement congolais au Secrétaire général de l’ONU, António Guterres à ce sujet.

Après des excuses envoyées aux autorités congolaises mercredi, Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires annonce jeudi, comme il l’avait promis à Kinshasa, la levée de la classification de la crise humanitaire en RDC.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions. 

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.