Moïse Katumbi: “je n’ai rien à cacher sur ma nationalité et mes origines”
Dans son mot adressé à la nation, il a énonce l’incapacité du pouvoir en place de garantir la paix et la sécurité à la population de Bunia, Djugu, Beni, Lubero, Butembo, Kanyabayonga, Masisi et à Walikale, qui sont exposés à la violence et à la barbarie.

Des centaines de milliers de femmes, de jeunes et d’enfants vulnérables vivent dans la peur et dans un dénuement total. Ils sont des millions à se sentir oubliés, abandonnés et trahis par un pouvoir irresponsable. Ces sentiments tuent et blessent au tant que les armes à feu et les machettes“, a t-il dit.

Il lance un appel aux compatriotes de ne pas céder aux provocations ni verser dans cette violence qui a pour seul but de perpétuer un régime criminel qui, en violant la Constitution et l’Accord de la Saint Sylvestre, a pris le pays en otage.

Il a en outre fait savoir que sa lutte est de mettre fin aux conflits et d’anéantir tous les assaillants afin que la population puisse retrouver une vie normale. “La création de la plate forme “Ensemble pour le Changement” et le programme d’action qui s’en est suivi m’ont valu de nouvelles poursuites judiciaires qui se sont ajoutées aux montages judiciaires grotesques que le régime avait déjà initiés contre ma personne pour m’empêcher de me présenter à l’élection présidentielle cette année“, a fait démarquer Moïse.

Moïse Katumbi a rassuré la population congolaise qu’il n’avait rien à cacher sur sa nationalité ou ses origines car il est natif du Katanga et pendant huit ans, il a assumé le poste du Gouverneur de la province du Katanga.

Le président de la plate forme”Ensemble pour le Changement”, a manifesté son mécontentement du fait que la justice congolaise soit devenue un instrument de repression du dictateur de Kinshasa qui passe du temps à élaborer des montages au lieu de s’occuper du quotidien des congolais.

Pour la tenue de bonnes élections, il affirme qu’il va veiller à l’effectivité des mesures de descripation politique, rejeter les machines à voter et mettre en place des mécanismes fiables afin d’empêcher la fraude massive programmée par la Majorité présidentielle lors des prochaines élections.

Moïse Katumbi, candidat aux élections présidentielles, invite ceux qui ont choisi la voie du chaos en recourant à une question sensible sur sa nationalité à revenir au bon sens et aux bons sentiments afin de réunir les efforts pour faire de la République Démocratique du Congo un pays de paix,de justice et de prospérité

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions. 

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.