Kamerhe prêt à soutenir la candidature de Katumbi à la Présidentielle
Photo d’archive.

Vital Kamerhe poursuit dont son opération “rédemption” après plusieurs mois passés proches du pouvoir du président Joseph Kabila. L’opposant congolais, qui multiplie de signes d’apaisement avec ses confrères du bloc anti-Kabila, paraît même faire des concessions plus considérables.

En effet, alors que ses relations avec l’autre challenger du leadership au sein de l’opposition, l’ex-gouverneur du Katanga Moïse Katumbi, ont souvent été tendues, une accalmie est observée depuis plusieurs semaines. Dans cette interview au magazine africain, Vital Kamerhe va même plus loin. “Ce qui m’importe, ce n’est pas d’obtenir tel ou tel poste, mais de nous unir pour éradiquer la dictature. Sinon, nous tomberons dans le piège de Kabila...”, clame-t-il.

L’ancien président de l’Assemblée nationale appelle alors à une “mini-primaire” pour désigner un candidat commun de l’opposition, tout en laissant entendre qu’il serait disposé à soutenir la candidature de Katumbi à cette Présidentielle.

Outre Moïse Katumbi, ou encore Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe s’est également rapproché du Mouvement de Libération du Congo (MLC) de l’opposant emprisonné Jean-Pierre Bemba, laissant également entendre une union pour la prochaine Présidentielle.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions. 

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.