La “machine à voter” n’a pas été retirée de la loi électorale!

Les débats houleux autour de cette disposition ont créé des véritables remous au sein de la Chambre basse du Parlement où, outre des députés de l’opposition, même ceux de la majorité étaient contre l’idée d’une “machine à voter”.

Initialement retenue par la commission Politique, justice et administration (PAJ), l’utilisation de la machine à voter tel que proposé par le gouvernement a vu les députés nationaux appeler la commission à maintenir le vote manuel utilisé lors de deux précédentes élections (2006 et 2011) en RDC, soutenant que la machine à voter poserait le problème de son utilisation dans l’arrière-pays où la plupart des gens n’ont pas la maîtrise des outils informatiques et électroniques.

Les députés ont unanimement ont évoqué aussi le problème d’électricité sur toute l’étendue de la République qui pourrait influer négativement sur les scrutins, avant de relever le problème que causerait la contradiction entre les résultats produits par la machine et le contage manuel.

Cependant, dans le projet voté lundi soir, il est simplement interdit d’utiliser le vote électronique lors des prochains scrutins. Problème: Corneille Nangaa, président de la CENI ne considère pas l’utilisation de sa machine à voter comme “un vote électronique”.

[Il n’y] a aucune disposition de la loi qui parlait de la machine à voter. L’article 237  interdit plutôt le retour au vote électronique pour les scrutins à venir mais d’après la Ceni la machine à voter ne constitue pas un vote électronique. La question est encore pendante“, explique notamment le député Patrick Muyaya du PALU.

La “machine à voter” est redoutée par l’opposition après la diffusion des enregistrements audio d’une réunion de la majorité, où son Secrétaire général Aubin Minaku se ventait d’avoir “dupé tout le monde” en instaurant cette mesure.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

SADC: voici les 5 garanties que la CENI a “refusé” de donner à l’opposition

Les négociations ont échoué ce soir entre la délégation de la SADC et l’opposition congolaise qui a refusé de signer un accord de bonne conduite, posant plusieurs préalables. 

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

La Garde républicaine (GR) ne peut plus protéger Joseph Kabila et Olive Lembe estime Jean-Jacques Wondo

En séjour dans l’est de la République Démocratique du Congo, l’ex Première…