Dokolo a-t-il vraiment le soutien de l’Angola?

Sindika Dokolo et Joseph Kabila n’iront pas en vacances ensemble. C’est connu, très connu même. Alors que l’homme d’affaires congolais s’est radicalisé au profit de l’opposition congolaise, appelant au départ du président Kabila et au respect de la Constitution, le Pouvoir du président congolais semble tout aussi lui envoyer du répondant.

Mercredi, à Kinshasa, un vieux procès de spoliation de biens privés s’est tout à coup soldé contre Sindika Dokolo et son frère, Luzolo Dokolo, condamnés respectivement à 12 mois de servitude pénale principale et au paiement des dommages et intérêts de Usd 15.000. La justice congolaise donne alors 24 heures à Sindika pour se présenter à Kinshasa.

Toutefois, en toile de fond, une lutte politique est désormais menée. L’Angola, puissance régionale, est alors courtisée. Gendre du président Edouardo Dos Santos, Sindika Dokolo s’est empressé de publier sur son compte Twitter, le même mercredi, une photo de lui, aux côté de João Lourenço, actuel ministre de la Défense et successeur désigné du président de l’Angola. “Échange fraternel avec le général João Lourenço, candidat du MPL à la présidentielle d’août. Une maîtrise profonde du dossier RDC“, lance-t-il en explication sur sa photo.

On peut visiblement croire que l’homme d’affaires ait un soutien du pouvoir angolais dans sa grande colère contre Kinshasa. En mai dernier, Luanda a plusieurs fois haussé le ton pour réclamer un “vrai dialogue” en RDC, allant jusqu’à demander une enquête internationale dans la crise au Kasaï, qui déverse sur son territoire, des milliers de réfugiés congolais.

Néanmoins, l’Angola entretient tout aussi un discours officiel qui laisse croire qu’elle soutient toujours Joseph Kabila. A l’image du communiqué du  Conseil des Ministres du Mécanise Tripartite comprenant le pays d’Edouardo Dos Santos, la République Démocratique du Congo et la République d’Afrique du Sud, qui  s’est tenue ce 13 juillet 2017 à Luanda.

Georges Chikoti, ministre des Affaires étrangères de l’Angola, Maité NKoana-Mashabane, ministre des Relations Internationales et Coopération de l’Afrique du Sud et Léonard She Okitundu, vice-premier ministre et ministre congolais des Affaires étrangères ont passé en revue la situation commune au trois pays, partenaires traditionnels. Dans un communiqué signé par les trois partenaires, l’Afrique du Sud et l’Angola disent noté l’amélioration “substantielle” de la situation en RDC. “Les Ministres ont salué l’évolution positive du processus électoral en RDC avec l’enrôlement sur les listes électorales de plus de 33 millions d’électeurs à ce jour par la Commission Electorale Nationale Indépendante et ont exprimé leur soutien aux institutions établies et au peuple de République Démocratique du Congo.

Les deux pays ont également “salué le rôle pivot joué par les pays-membres du Mécanisme Tripartite dans cette amélioration notamment la République d’Angola dans le cadre de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) et la République d’Afrique du Sud au sein de la Brigade d’Intervention en RDC.

Par ailleurs, les deux pays s’insurgent également contre les sanctions occidentales infligées aux autorités congolaises, qu’ils qualifient “d’ingérences extracontinentales dans les affaires des Etats membres de l’Union Africaine.” Les trois pays  disent réaffirmer “le principe de souveraineté des Etats et de non-ingérence, appellent ces organisations à retirer ces sanctions, évitent de prendre pareilles mesures dans l’avenir et les prient à privilégier une approche de dialogue et de respect mutuel avec la RDC.

Une sortie qui prend presque à contre-pied Sindika Dokolo qui a semblé se targuer de la proximité qu’il jouit avec le pouvoir en place en Angola, qui, au vu de la tournure des événements, avec notamment une nouvelle rencontre annoncée à Kinshasa dans les prochains jours, semble plus proche de Kinshasa que de l’opposition congolaise.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

Félix Tshisekedi appelé à nommer Martin Fayulu en tant que Premier ministre par souci de cohésion nationale

Candidat à l’élection présidentielle de décembre dernier, Alain-Daniel Shekomba estime que les politiciens Congolais doivent mettre en avant les intérêts de la nation que leur propre propulsion politique. Ainsi, ce candidat indépendant propose au président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, de nommer Martin Fayulu au poste de Premier ministre pour des raisons de cohésion nationale.

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement.