Félix Tshisekedi appelle à une “résistance farouche” contre le 3ème mandat!

“Le complot kabiliste contre la République est en marche. À chaque fois que le Congo est proche de sa libération, une main noire arme des fils et des filles du pays, avides de gloriole et de postes (pas de pouvoir, car ils ne l’ont pas) et les berce d’illusions diverses pour pulvériser ce rêve, vieux aujourd’hui de 56 ans, jour où le héros national Lumumba et les autres pères de l’indépendance avaient cru le temps venu où le congolais vivra dans un pays que nous bâtirons toujours plus beau qu’avant, un havre de paix que nous peuplerons et dont nous assurerons la grandeur, pour le léguer enfin à notre postérité…pour toujours!”, déclare le fils d’Etienne Tshisekedi sur sa page Facebook.

Félix Tshisekedi été reçu le 08 septembre dernier à Brazzaville par le président Denis Sassou-Nguesso. Les deux hommes n’ont pas communiqué sur la nature de leur rencontre.

Selon des sources concordantes, il s’agit de la poursuite des négociations en cours sur le Dialogue politique en République démocratique du Congo.

Et pour y résister, recourons à nos armes qui sont la constitution, les élections et la mobilisation générale, pour barrer la route aux fossoyeurs de la République. Disons NON au complot visant à octroyer un 3ème mandat et plus, à Joseph Kabila, et offrons à notre nation l’espoir d’un sort meilleur en leur opposant une résistance farouche. Et là…, oui là…, ils ne réussiront pas. C’est juré!“, conclu Félix Tshisekedi.

Le message en intégralité.

Aux armes, citoyens!

Le complot kabiliste contre la République est en marche. À chaque fois que le Congo est proche de sa libération, une main noire arme des fils et des filles du pays, avides de gloriole et de postes (pas de pouvoir, car ils ne l’ont pas) et les berce d’illusions diverses pour pulvériser ce rêve, vieux aujourd’hui de 56 ans, jour où le héros national Lumumba et les autres pères de l’indépendance avaient cru le temps venu où le congolais vivra dans un pays que nous bâtirons toujours plus beau qu’avant, un havre de paix que nous peuplerons et dont nous assurerons la grandeur, pour le léguer enfin à notre postérité…pour toujours!

Oui, à chaque fois que l’espoir d’un changement, d’un avancement ou d’un affranchissement pointe son nez, un évènement aux apparences fortuites surgit, téléguidé de quelque part, pour mettre fin aux attentes de tout un peuple. Hier, on accusait les “Blancs” d’être à la base de nos malheurs. Aujourd’hui, ce sont les…”Noirs” rwandais, ougandais et burundais surtout, mais aussi sud-africains et des fois, angolais. Mais jamais les congolais! Non, ceux des congolais qui fabriquent, organisent et raffermissent les dictateurs et leur système sont au contraire des “modèles” que d’autres conquérants reprendront même à leur service une fois qu’ils auront accédé au pouvoir.

Ceux qui accepteront d’entrer dans le système au mépris de la démocratie et de la constitution, au nom d’une réal-politik propre à eux, deviendront plus tard des “excellences” et ils pilleront la République proportionnellement à leur appétit glouton. Ils s’offriront des biens meubles et immeubles, forçant l’admiration d’autres “excellences” en herbes, qui ne rêveraient que d’une chose:”Ôte-toi de là que je m’y mette”.

Avec un peu de chance, et surtout en sachant bien manier le retournement de veste et l’abaissement du froc, ils réussiront à se faire une place dans la nouvelle cour du “roi”, jusqu’à nouvel ordre. Ainsi va la vie au Congo d’Isidore Bakandja de Patrice Lumumba et d’Étienne Tshisekedi, depuis 56 ans sans interruption. À croire qu’on serait maudit ou que l’on paierait un péché impardonnable! Moi, je dis NON, trois fois NON!

Il n’y a pas de fatalité à être un esclave. Il n’est inscrit nulle part dans les lois du monde, la condamnation à être des sous-hommes ou à vivre dans des pires conditions que les animaux des pays industrialisés. Il n’est toléré nulle part que l’on assiste impuissants pendant deux décennies, aux massacres, viols et humiliations des siens. Nulle part, sauf au Congo!

Et aujourd’hui, les ingrédients sont prêts et la marmite est mise au feu, pour préparer la sauce à laquelle nous allons à nouveau nous faire manger. La main noire a déjà des “ingrédients” congolais. Kabila et ses sbires ont été invités à passer à table par le cuistot de service, Edem Kodjo, qui cherche à leur concocter une sauce “bloquée” comme on dit chez nous. À votre avis, allons-nous à nouveau nous faire manger comme nos aînés et nos aïeux? Moi, je dis NON, trois fois NON!

Et pour y résister, recourons à nos armes qui sont la constitution, les élections et la mobilisation générale, pour barrer la route aux fossoyeurs de la République. Disons NON au complot visant à octroyer un 3ème mandat et plus, à Joseph Kabila, et offrons à notre nation l’espoir d’un sort meilleur en leur opposant une résistance farouche. Et là…, oui là…, ils ne réussiront pas. C’est juré!

Nous suivre

Recevoir nos articles par email

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

Félix Tshisekedi appelé à nommer Martin Fayulu en tant que Premier ministre par souci de cohésion nationale

Candidat à l’élection présidentielle de décembre dernier, Alain-Daniel Shekomba estime que les politiciens Congolais doivent mettre en avant les intérêts de la nation que leur propre propulsion politique. Ainsi, ce candidat indépendant propose au président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, de nommer Martin Fayulu au poste de Premier ministre pour des raisons de cohésion nationale.

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement.