Dans un communiqué publié ce mercredi par le ministère congolais des Affaires étrangères, le gouvernement de la RDC dénonce ce qu’il  qualifie des déclarations intempestives” de “certaines autorités étrangères” relatives au processus électoral en RDC et appelant à un prétendu « dialogue » avec l’Opposition politique.

Tout en relevant que le processus électoral en cours se déroule conformément à la Constitution de la République Démocratique du Congo ainsi qu’à l’Accord politique global du 31 décembre 2016, le Gouvernement tient à réitérer fermement son refus de toute ingérence en la matière tant de la part des Pays voisins que des autres partenaires bilatéraux“, insiste ce communiqué parvenu à POLITICO.CD. 

La déclaration du gouvernement intervient alors qu’une part, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a entamé une tournée dans la sous-région des Grands Lacs, où il discute également de la situation en RDC. Il a été reçu à Brazzaville par le président Denis Sassou-Ngouesso ou encore en Afrique du sud et en Angola. D’autre part, l’opposition congolaise s’est réunie ce mercredi à Bruxelles où elle a condamné fermement le processus électoral actuel qu’elle juge piégé. Une réunion fortement dénoncée à Kinshasa.

Le Gouvernement n’acceptera d’autant plus aucune interférence à cet égard que ce qu’on ne se permet pas dans d’autres pays en vertu des obligations découlant du Droit international en général et de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques en particulier, ne saurait a fortiori être toléré en République Démocratique du Congo“, insiste le communiqué du gouvernement congolais.