RDC: Kinshasa dénonce des “déclarations intempestives” appelant à un dialogue avec l’opposition

Dans un communiqué publié ce mercredi par le ministère congolais des Affaires étrangères, le gouvernement de la RDC dénonce ce qu’il  qualifie des déclarations intempestives” de “certaines autorités étrangères” relatives au processus électoral en RDC et appelant à un prétendu « dialogue » avec l’Opposition politique.

Tout en relevant que le processus électoral en cours se déroule conformément à la Constitution de la République Démocratique du Congo ainsi qu’à l’Accord politique global du 31 décembre 2016, le Gouvernement tient à réitérer fermement son refus de toute ingérence en la matière tant de la part des Pays voisins que des autres partenaires bilatéraux“, insiste ce communiqué parvenu à POLITICO.CD. 

La déclaration du gouvernement intervient alors qu’une part, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a entamé une tournée dans la sous-région des Grands Lacs, où il discute également de la situation en RDC. Il a été reçu à Brazzaville par le président Denis Sassou-Ngouesso ou encore en Afrique du sud et en Angola. D’autre part, l’opposition congolaise s’est réunie ce mercredi à Bruxelles où elle a condamné fermement le processus électoral actuel qu’elle juge piégé. Une réunion fortement dénoncée à Kinshasa.

Le Gouvernement n’acceptera d’autant plus aucune interférence à cet égard que ce qu’on ne se permet pas dans d’autres pays en vertu des obligations découlant du Droit international en général et de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques en particulier, ne saurait a fortiori être toléré en République Démocratique du Congo“, insiste le communiqué du gouvernement congolais. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions.