Me Jean-Claude Katende, président de l’association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) qui s’est confié à POLITICO.CD, réagi à la dernière visite de Mme Fatou Bensouda, Procureure en chef de la CPI en RDC. “Pour moi, la Cour Pénale Internationale est sans perspective claire sur la RDC” déclare Me Jean-Claude Katende.

Le président de l’asadho estime que l’institution judiciaire internationale donne encore du temps aux criminels d’effacer les traces de leurs crimes quand elle conditionne son action à l’évaluation du travail fait par la justice nationale. “Nous savons que dans le cas du Kenya, elle a agi sans attendre que la justice nationale du Kenya agisse. Cette différence en matière d actions de la Cour Pénale Internationale nous inquiète énormément“, regrette-t-il.

Nous savons que la justice congolaise n’ est pas à même d’ administrer une justice qui satisfait les victimes et met la main sur tous les auteurs quelles que soient leurs qualités et fonctions” martèle Katende.

La procureure en chef de la CPI, Mme Fatou Bensouda a terminé sa visite de trois jours en RDC où elle a rencontré jeudi le président Joseph Kabila, les autorités judiciaires , les ministres de la justice et des droits humains , les acteurs politiques ainsi que délégués des organisations de la société civile.

Au cours d’un point de presse à Kinshasa, elle affirmé que la CPI ne remplace pas les institutions judiciaires du pays, mais elle intervient dans le cadre de principe de la complémentarité conformément au statut de Rome créant la CPI. Mme Bensouda dit également remercier les autorités congolaises pour leur soutien et la collaboration avec son bureau.

“Je voudrais exprimer ma gratitude aux autorités congolaises pour ce soutien et pour leur adhésion aux principes étau valeurs du statut de Rome qu’elles ont ratifié. Je suis confiante de pouvoir toujours continuer à compter sur la coopération des autorités congolaises dans nos activités en RDC” a-t-elle soutenu

Kerima