Le commandement des Forces Armées de la République Démocratique du Congo dans la région de Beni a annoncé, samedi 21 avril, l’interruption du trafic routier pour les véhicules sur l’axe Beni-Kasindi.

En attendant que les débris des véhicules soient dégagés sur la route, le passage reste uniquement ouvert aux motocyclettes“, a déclaré le capitaine Mak Hazukay Mongba, porte-parole des opérations militaires Sokola1 (traque menée par les troupes de l’armée congolaise contre les rebelles ADF depuis le 14 janvier 2014).

Vendredi 20 avril, dans la soirée, les véhicules des commerçants ont été la cible des attaques rebelles à la hauteur de la rivière Semuliki, à 17 kilomètres de la ville de Beni.

Des sources locales indiquent à Politico.cd qu’au moins 4 personnes ont été tuées dans ces attaques.

Il y a eu également pillage puis incendie de trois véhicules de transport de marchandises, en provenance de la cité frontalière de Kasindi (une de plus importantes portes d’entrée et de sortie de la RDC avec l’Afrique de l’Est de et de l’Asie)“, a déclaré à POLITICO.CD un journaliste qui s’est rendu sur les lieux d’incidents.

Samedi matin, plusieurs habitants de la ville de Beni ont accusé un manque à l’appel des membres de leurs familles qui faisaient partie des convois attaqués.

Les organisations de la société civile de la région de Beni ont recensé plus de 1500 victimes de carnages que mènent les rebelles ADF contre les villages, tuant essentiellement des civils à l’arme blanche.

Début 2018, la justice militaire congolaise a condamné plus de 150 personnes dans le procès contre ces tueries et a émis 26 mandats d’arrêt contre les chefs de cette rébellion dont des Ougandais, Congolais, Tanzaniens et Kenyans.

Depuis le 13 janvier dernier, l’armée congolaise a lancé les opérations « Usalama2 : sécurité », une phase décisive de la traque que mène l’armée congolaise contre les rebelles ADF depuis le 14 janvier 2014. Plus de 5 000 soldats constituant de nouvelles unités de renfort à l’armée gouvernementale ont été déployés dans la région de Beni pour prendre part à cette campagne.

Ces opérations ont permis aux troupes gouvernementales de conquérir plus de trois importants bastions rebelles dont Mwalika, présenté comme centre de recrutement et grenier de la rébellion. Au cours de 30 premiers jours de cette opération de grande envergure, le commandement des opérations militaires dans la région de Beni a confirmé la mort de Kayiira Muhamed, commandant des opérations et juge de la rébellion islamiste, tué lors des combats qui ont mené à la conquête de la base de Mapobu, dans la région dite “Triangle de la mort”.

Fiston MAHAMBA