Rendez-moi mes 120 USD !

Aujourd’hui, nous mettons style et tournures poétiques de côté. Il est question d’argent. Donc, on ne badine pas.

Commençons par le mot scandale. Le Robert dit de lui: “une affaire retentissante soulevant l’indignation de l’opinion publique“.

POSONS. Nous n’avons pas eu d’élections en novembre dernier. Donc, nous sommes en plein glissement toléré de tous, pour diverses raisons. Nous avons un leader qui a inspiré toute notre génération par sa lutte – à voir les Bruno Tshibala, les Valentin Mubake, les Samy Badibanga ou même les Yves Kisombe… nous nous rendons enfin compte de sa grandeur –  mais, qui est resté bloqué dans un frigo, sans funérailles ni gloire, à des fins politiques. Nous avons tous assisté hébétés à un stage à la Primature, alors qu’un autre se prépare; le tout: dans un pays normal.  Notre monnaie nationale est prise en strangulation par le dollar américain, créant une situation économique que seuls ceux qui vendent leurs âmes pour le maintien de certains aux affaires arrivent à survivre, dans cet enfer à ciel ouvert.

Des compatriotes emprisonnés illégalement. Nous n’en disons rien : vas-y, continue ; un jour tu payeras. Nous, peuple, avons laissé faire. Tolérant parfois l’impossible. Regardant ce spectacle fétide, faisant face à nos quotidiens aussi violents qu’incertains. Floribert Chebeya tué par des prostitués? C’est passé dans un trou de souris. Armand Tungulu qui se suicide grâce à un oreiller? Ça ce n’est rien. Fred Bauma envoyé gratuitement croupir la fournaise de Makala, pour avoir demandé des élections? Nous avons contemplé sans dire mot. Et même parfois, lorsque nous avons enfin décidé de hausser le ton, certains d’entre nous ont fini écrasés par Kanyama, d’autres dans une fosse commune à Maluku.

INDIGNONS-NOUS! Et donc, après tout ceci, nous apprenons tour à tour que des compatriotes utilisent leurs liens de fraternité avec les dirigeants de notre pays, afin de s’offrir des comptes offshores, aux montants vertigineux.  Voilà. Chères autorités. Ça en fait quand même trop. J’en peux personnellement plus. Je ne peux plus garder silence, même si mon rôle d’éditeur de médias m’impose une certaine tenue… mais, dites-moi : jusqu’où allez-vous? Irez-vous? C’est quoi votre idée? Qu’est-ce qui n’a pas de fin? Messieurs du Pouvoir: jusqu’où?  C’est quoi l’idée derrière? Une population qui a de fins du mois compliquées, et dont vous êtes seuls responsables, mais qui ne vous prend pas la tête. Vous voilà en train de lui faire un enfant dans le dos? Diable. Bordel. Qui a eu cette fâcheuse idée? Quel génie s’est dit, débarquant dans une réunion: “on peut leur vendre le Passeport à 650% du prix normal“. Qui  est celui-là? C’est qui ce génie? Bordel qui a aboli les pendaisons ?

Chaque jour, des Congolais fuient leur pays, se lançant parfois dans des aventures aux débouchées méconnues, dangereuses … Se révoltant de leur vécu quotidien qui frise la crise humanitaire. Au lieu d’apporter des solutions à ce problème, les génies du gouvernement ont vu une opportunité d’affaires. Non. Arrêtez. C’est quoi cette République qui mange ses propres enfants ? Doit-on punir ceux qui, une fois arrivés de l’autre côté, se soucient de garder l’identité nationale qui nous est si chère ? Ça c’est un crime contre la nationalité congolaise même!

CHUTONS. Nous sommes en 2015, lorsque ce contrat est signé. Le président Joseph Kabila a plus ou moins 14 ans au Pouvoir. Il a fait face et s’est tiré des situations plus compliquées. C’est lui le maître du bateau. Katumba Mwanke n’est plus là. Alors, ne nous faites pas gober qu’il s’est encore fait manoeuvré. Non. L’excuse du “je n’étais pas au courant” ne passe plus.  Jean-Pierre Bemba n’était pas au courant. Et il passera une bonne vingtaine d’années enfermé.

Quittons la politique. Quittons le militantisme. Je ne veux pas de récupération politicienne. Ni opposition, ni positionnement. Loin du duel Rassemblement/MP. Soyons simplement Congolais et disons : ça en fait trop des scandales. Le Monsieur anti-corruption, Luzolo Bambi, que foutez-vous ? La plupart de temps ? Cher Président, chères Autorités, vous me devez 120 USD. Vous me devez au moins, à ce titre une enquête, à défaut de trouver un fournisseur moins coûteux. Autrement, vous garderez ce passeport pour de bon. J’attends la réponse !

LITSANI CHOUKRAN,
Le Fondé.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

7 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • Vous comprenez maintenant pourquoi le peuple congolais ne veut plus de ce soit-disant président et de sa bande de la majorité.

  • Stage a la primature? C’est que le seul vertebre ce n’est que Felix? Wapi CV na ye??? Vous rigolez ou quoi? Par ailleurs, on dit que l’amour couvre tout… Mais nous demandons, pour plus d’equite, de denoncer les scandales mais alors tous les scandales pas seulement ceux qui semblent accables nos adversaires politiques…

  • Ils ne vous écoutent pas, ces malades de boulimie! Boulimie des dollars, plus on en a, plus il en faut, plus on en veut, par tous les moyens, peu importe les dégâts collatéraux, ils en veulent plus, toujours plus! Même si Kinshasa se meurt sous les montagnes d’immondices, les Kasai transformés en cratère rouge de sang, quitte à vendre la RDC aux plus offrants, peu importe! L’essentiel, c’est faire plus des dollars sur le chemin de la tombe! Mobutu est passé par là, Katumba Mwanke aussi! La boulimie des dollars ne peut se soigner, pas de cure connue à ce jour! Seule la fin des privilèges ou la mort delivre!


Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :