Katumbi, l’homme qui fait peur!

Entre maladresse et vérité, la déclaration choc de l’ancien gouverneur du Katanga met en lumière plusieurs réalités chez les opposants à Kabila, dans la crise politique en République démocratique du Congo.

Un des leaders africains invités au forum sur l’Afrique organisé par le Financial Times ce lundi à Londres,  Moïse Katumbi, candidat déclaré  à la Présidentielle en République démocratique du Congo en a profité pour se faire remarquer dans une déclaration aussi polémique qu’étrange.

Le seul homme qui fasse peur à Kabila au pays, c’est moi“, a-t-il lancé. Evidemment, la déclaration déclenche un tollé, unissant ses supporters et ses détracteurs. Même si, dans la majorité de cas, cette sortie passe mal, elle met en lumière des difficultés grandissantes de l’opposant congolais à choisir les bons mots lors de ses multiples interventions.

Kabila a été un bon président jusqu’au 19 décembre“, a-t-il lancé en juillet dernier dans une longue interview accordée au Financial Times (FT), un quotidien économique et financier britannique. Au sujet de Mobutu, Moïse Katumbi affirme étonnamment que la réputation de l’ancien dictateur, connu pour ses 32 ans de pouvoir destructeur sur le pays, est exagérée. “Mobutu n’était pas un méchant. Il avait un mauvais entourage“, dit-il. ” Voyez comment il a construit tous les grands bâtiments de Kinshasa. Tout ça c’est Mobutu. Les gens l’oublient“, ajoute-t-il.

Cependant, la dernière sortie de Katumbi n’est pas à mettre entièrement dans cette lignée de maladresses. En effet, l’opposant qui vit en exil depuis plus d’un an semble être spécifiquement sur la ligne de mire du pouvoir de Kinshasa. Alors que la crise politique en République démocratique du Congo bat son plein, l’opposition politique congolaise, y compris ses grandes figures semblent de plus en plus mises en mal face au pouvoir de Joseph Kabila.

Moïse Katumbi fait peur certes peur à Kabila. Avec son activité intense, dont parfois l’emploie de lobbyistes à Washington, Moïse Katumbi s’est, depuis plusieurs mois, positionné comme principal challenger qui sache répondre aux attaques et moyens illimités de pouvoir de Kinshasa. Et les attaques, notamment plusieurs procès au pays contre sa personne semblent concrétiser cette  tendance.

Toutefois, la sortie de Katumbi fait tout autant peur aux opposants, mettant en lumière une situation précaire pour l’opposition congolaise. Car si Moïse Katumbi, coincé en exil et qui ne peut même pas revenir au pays librement, est le seul homme qui fasse vraiment peur au pouvoir de Kabila, le reste de l’opposition congolaise devra alors se poser des questions sur son efficacité dans cette lutte.

Au sein de l’opposition, même au sein du Rassemblement, ses multiples allusions à vouloir se positionner comme le leader de la lutte anti-Kabila ont aussi du mal à passer. A la base de la crise qui a occasionné la scission de la coalition de l’opposition, sans en être la principale raison, Moïse Katumbi pourrait froisser de plus en plus ses contemporains, à l’heure où les unions sont difficilement réalisables. Sans oublier un pouvoir très corrupteur qui lorgne.

Entre sincérité, maladresse ou vérité, la sortie de Moïse Katumbi révèle malgré elle une réalité criante, relance le débat sur l’efficacité de l’opposition congolaise qui doit à présent se remettre en cause. De plus, à l’approche du 31 décembre, date butoir annoncée pour son retour au pays, l’ancien gouverneur du Katanga s’est mis dans une position où il doit à présent mettre cette qualité qu’il affirme s’en prévaloir en action.

Engbaka Gaston.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

14 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • aucun des hommes de la politique de cette dernière décennie n’est digne de représenter le peuple Congolais et pas un gouverneur s’étant enrichie et qui voudrait jouer les Ouatarra congolais.

    Un seul homme peut s’enorgueillir d’être l’Homme de la situation aucune tâche sur lui, il a déjà sauvé des milliers de personnes.
    Vous congolais qui croyez en Dieu quelque soit votre église vous saurez le reconnaître. Il est déjà la et adouber par le monde entier. Faite lui l’honneur de le plébisciter pour qu’il prenne votre destinée en main.

    • ET QUI TE DONNE ALORS LE DROIT DE SERMONNER LES CONGOLAIS TOUT EN EPARGNANT TON CLIENT “KABILA”, ILLEGITMEMENT AU SOMMET ET QUI VIOLE NOS LOIS EN PLUS DE S’ETRE ENRICHI ILLICITEMENT?

      NE SERAIS-TU PAS PLUS CREDIBLE SI TU DEBUTAIS TES ELECUBRATIONS EN EXHORTANT TON POULAIN DE RESPECTER LA CONSTITUTION A LAQUELLE IL PRETA SERMENT ET LA LIMITE DES MANDATS?

      MOISE KATUMBI COMME TOUT DIGNE FILS DU PAYS A LE DROIT DE PRENTENDRE A LA MAGISTRATURE SUPREME. POURQUOI CE TE VEXE ET TON POULAIN?

  • MOÏSE KATUMBI EST CANDIDAT OFFICIEL À LA PRÉSIDENCE, C’EST NORMAL QU’IL DISE QU’IL EST LE SEUL VRAI OPPOSANT ET MEILLEUR CANDIDAT. C’EST LA CAMPAGNE QUI A DÉJÀ COMMENCÉ. QUEL CANDIDAT DIRAIT QUE <> NE PERDONS PAS DU TEMPS À NOUS ATTARDER SUR CES MOTS, CHASSONS KABILA D’ABORD ET FAISONS RESPECTER NOTRE CONSTITUTION. CHAQUE CANDIDAT DOIT DIRE QU’IL EST LE MEILLEUR. PEUT-ÊTRE LE TEMPS N’EST PAS ENCORE ARRIVÉ, MAIS CE N’EST PAS DU TOUT UN BIG DEAL.

    • le seul qui fait peur à kabila alors Felix tshilombo n’est qu’une étiquette placée à la tēte du rassop. donc un garçon de course de Moïse katumbi. katumbi le dit et le clarifie sans ambage qu’il est le seul dont kabila a peur.

  • Les congolais veulent quelque chose et son contraire, Oui Katumbi se contredit comme la plupart des hommes politique , Congolais en particulier , mais il se contredit pas autant un Monsieur qui a dit partir après son deuxième , il y a une vie après la présidence.
    1 année , toujours au pouvoir et vouloir l’être encore pour longtemps.
    Bref, on est dit pas tout est parfait, il y a aucun opposant parfait , mais la réalité est que le mandat est fini, voilà le problème .
    En ce fin de mandat, il est normal que des personnes expriment leur ambitions.
    Maintenant, moi personnellement , je soutien la coalition KATUMBI-DOKOLO-TSHISEKEDI.

    • MALGRE LES PROVOCATIONS-ELCUBRATIONS DU TRAITRE-CORROMPOU CORNEILLE NANGAA ET SA CENI OSANT OCTROYER UN 3E MANDAT ILLEGAL A SON ILLEGITIME CLIENT-VOMI JOSEPH KABILA, LES CONGOLAIS S’ACCORDENT SUR CETTE COALITION DE CHOC ET GAGNANTE POUR CHASSER L’IMPOSTEUR:

      KATUMBI+DOKOLO+TSHISEKEDI = ESPOIR DE LA RDC

      RENDEZ-VOUS DONC D’ICI 31 DECEMBRE 2017 !

  • Le langage de Katumbi est le signe d’un flou savamment entretenu pour ménager une hétéroclite coalition: quand il ménage Mobutu c’est pour s’attirer les nostalgique du Mpr, avec Joseph Kabila c’est pour rassurer ses anciens camarades du Pprd et Amp hésitant à venir le joindre, quand il dit “dit faire peur à kabila”c’est un discours populiste adressé à la rue qui n’a plus de guide. Mais une fois au pouvoir concilier le discours et les réalités du pouvoir n’a pas toujours était chose facile. La complexité du réel, qui ne se gouverne pas avec des dogmes, ni avec des principes mais avec des actes et des mesures concrètes.

  • Je suis peut être hors sujet avec mon commentaire, mais je n’en reviens pas encore quand je me remémore les commentaires de Ilunga Albert et son compère Leo Lipopo sur les révélations du Journal de Montréal par rapport à l’empire immobilière de leur champion Kabila et sa clique au Canada. Anyway! ces deux compères sont en mission ” Il faut sauver le soldat Kabila”. Je reviens sur le sujet juste pour leur dire ceci; en occident contrairement en RDC-Eloko ya makasi, il y a ce que l’on appelle le journalisme d’investigation, par des enquêtes de fond, les fins limiers de ses organes de presses vont chercher l’information en forçant l’administration publique et le secteur privé à diffuser des documents et en interpellant avec rigueur les agents publics et d’autres personnalités influentes, ces journalistes d’investigation repoussent les limites de ce qu’il est possible de publier ou de diffuser. Cela a comme effet qu’ils habituent les agents publics, les gouvernants et les personnalités influentes, à la présence d’une presse inquisitrice. Cela a comme conséquence que les gouvernants et autres personnalités finissent par se tenir à carreaux, car les médias font état de chiens de garde de la démocratie. Si Mobutu a pu impunément pillé le Zaïre et que Kabila est en train de faire la même chose au Congo, c’est non pas seulement parce qu’ils tenaient les rênes du pouvoir, c’est aussi parce qu’ils ont bâillonné les médias.Néanmoins, il y a une presse consentante au Congo; Télé 50, journal l’avenir , RTNC, ect….
    Le Congo aujourd’hui pour pérenniser la démocratie, a besoin des journalistes expérimentés tels que; Daniel Safu, Mike Mukebayi, Pascal Onjdwe, Serge Kabongo, Christelle Vuanga , possédant la capacité et le courage de poser les questions qui dérangent, et qui gardent un oeil sur les personnes qui exercent le pouvoir. Pensez vous sérieusement que Hugo Joncas le journaliste qui a écris cet article est de connivence avec Soros où la Lucha dans une vaste campagne pour discréditer J.Kabila a cause du nationalisme de ce dernier??

  • Faux et archi faux. Katumbi ne fait aucunement peur à son mentor Kabila. Il est et demeure le dauphin de celui-ci.toutes ces déclarations ne sont que pour endormir le tshisekedi et autres qui lui font naturellement peur.

  • Plus de trente ans de lutte réduit à néant par seulement deux ans dans l’opposition.
    Hé, kokende liboso eza kokoma te. Félix oyoki yango!!!


Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :