Selon des sources concordantes, il s’agit de l’affaire qui opposait les deux frères Dokolo à la succession Kusuamina devant le Tribunal de paix de Kinshasa/Assossa, siégeant en matière répressive au premier degré et qui a rendu son verdict en date du 4 juillet 2017. “Les frères Dokolo ont été reconnus coupables de faux en écritures et usage de faux ayant entraîné la lésion de la succession Kusuamina, les privant de la jouissance de leurs biens à travers leur société, la Sokidet“, renseigne notamment le site Congovirtuel.com

L’histoire, raconte le site congolais, remonte au mois de mai dernier. La gestionnaire statutaire de Sokidet Sarl après la mort de leur père, Yvonne Kusuamina, avait saisi la justice en vue de récupérer leurs biens immobiliers spoliés par des inconnus alors que la succession détenait tous les certificats originaux desdits biens meubles et immeubles, soit plus de six maisons à usage commercial ainsi que des terrains disséminés à travers la ville de Kinshasa.  “Aujourd’hui, l’un de ces terrains, situé sur la 12ème rue industrielle à Limete, a été morcelé en plus de trente parcelles où sont érigées des villas cossues“, explique le site d’information.

 

Sindika Dokolo, qui multiplie depuis plusieurs mois des attaques en direction du pouvoir de Kinshasa, appelant notamment au départ du président Kabila et à la démocratisation du pays, a dénoncé cette condamnation via son compte Twitter. “Je viens d’inaugurer une usine de 400M $, JKabila me fait condamner à 1 an de prison pour une parcelle. Mr Kabila! Votre justice vous perdra“, dit-il.