c0hx2egxeaepgwm

La police nationale Congolaise a au cours d’un point de presse animé ce mercredi soir à Kinshasa annoncé le bilan officiel des manifestations qui ont suivi la fin du second et dernier mandat constitutionnel du président Congolais Joseph Kabila.

Entre le 19 et le 20 décembre, la police Congolaise avance un bilan de 22 morts.

“Il s’agit de 9 personnes tuées par balle à Kinshasa, 8 personnes sont mortes à Lubumbashi, 3 à Matadi et 2 à Boma” a déclaré le colonel Pierrot Mwanamputu, porte-parole de la police nationale Congolaise, qui a détaillé noms et circonstances de décès de chaque victime.

Revenant sur les arrestations, cet officier de la police nationale Congolaise annonce que 275 personnes ont été interpellé pendant les heurts. “Ces 2 jours, sur les  275 personnes qui ont été interpellés, 116 ont été transférées au parquet dont 2 mineurs, 10 ont été transférées dans des centres de santé. 147 personnes continuent de subir des interrogatoires”.

La police Congolaise a annoncé que le dispositif sécuritaire présent sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo à la veille de l’expiration du mandat de Joseph Kabila sera maintenu jusqu’aux festivités de fin d’années.
Dans la journée la mission de l’ONU pour la stabilisation de la République Démocratique du Congo, Monusco a dénoncé l’usage exclusif de la force par les éléments de police et de l’armée. La Monusco a également indiqué que l’usage d’armes letales dans l’encadrement des manifestations est l’une des majeures causes de morts enregistrés pendant ces manifestations.