Jean-Pierre Bonganga: « nous avons trouvé la solution pour que le MLC signe l’accord »

Appelant à l’application « rapide » de l’accord du 31 décembre, l’opposant congolais affirme que le Rassemblement, dont il fait partie, a « trouvé une solution » pour que le MLC adhère à ces résolutions. 

Le Mouvement de libération du Congo (MLC), à la tête d’une coalition de plus de trente partis politiques et associations de la Société civile a refusé de signer l’accord trouvé entre les opposants congolais et la majorité au pouvoir sous la facilitation des évêques catholiques le 31 décembre dernier.

« Comment le fils biologique ou politique, Premier ministre, pourrait être contrôlé par son père spirituel, président du comité de suivi ?« , s’est interrogée Eve Bazaïba, Secrétaire général du parti de Jean-Pierre Bemba et chef de file du Front pour le Respect de la Constitution, qui s’oppose en effet à l’idée de voir Étienne Tshisekedi et son fils Félix Tshisekedi diriger les deux structures confiées à l’opposition: la Primature et la présidence du Comité de suivi de l’accord.

Joint au téléphone ce mardi 10 janvier, Jean-Pierre Lisanga Bonganga, proche allié d’Étienne Tshisekedi, coordonnateur et porte-parole de la plateforme «Front du peuple» affirme qu’une « solution » a été trouvée pour que le Front signe finalement l’accord.

« Nous avons trouvé une solution, le MLC pourra prendre le poste de vice-président du comité de suivi, alors que les deux autres seront confiés à la MP et à la société civile« , explique le député Lisanga Bongana, qui affirme que cette résolution « plaît » au mouvement de Jean-Pierre Bemba.

« Cette solution va décanter la situation en permettant la signature du Front et nous obtiendrons l’inclusivité recherchée dans cet accord« , conclu-t-il.

En effet, selon les affirmations de Mme Bazaïba, rapportées par RFI,  le Front dit ne s’intéresser qu’au chronogramme et surtout au comité de suivi. La proposition du Rassemblement doit néanmoins encore être discutée dans une séance prévue demain avec la Majorité Présidentielle, autour des évêques catholiques.

Toutefois, l’actuel Premier ministre Samy Badibanga et les ministres José Makila, Jean-Lucien Busa et Azarias Ruberwa, tous signataires de l’accord de la Cité de l’Union Africaine refusent toujours de signer celui du 31 décembre.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

5 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • l’actuel Premier ministre Samy Badibanga et les ministres José Makila, Jean-Lucien Busa et Azarias Ruberwa, signataires de l’accord de la Cité de l’Union Africaine n’ont pas des resitances à opposer. Le Rais n’a qu’à prendre une ordonnance limogeant ce gouvernement. C’est au parlement de faire pression au Rasemblement – qui s’amène avec des propositions sans rien prévoir- de manière à sortir le fameux premier ministre avant la fin de la session extraordinaire.

    • Mes chers frères et soeurs, sur 12 mois et si le de janvier se termine tjrs dans les discussions, le temps d, investiture du nouveau 1er Ministre, remise reprise. ..etc
      IL VA RESTER COMBIEN DE TEMPS ?
      CEUX QUI ONT DIT 2018,
      ILS ONT RAISON.

  • mon oeil,sAMY bADIBANGA:il est arrivé là grâce à un accord, et il partira de là par un accord bcp mieux que le premier, qu’il aille si il veut continuer à faire des faux ch`ques avec ses amis les jean jacques rodal ndabana,koffi olomide et consorts,où avec des voyous des bana kin comme kimbuta qui a fait une fête pour lui,détrompez vous après cette transition que le pouvoir fantoche de kabila nous a imposé, nous nous battrons pour que la moralité soit un élément important pour prétendre aux hautes fonctions dans notre pays, parcque trop c,est trop,des bouffons comme claude mashala, denis kamabyi, zacharie bababaswe ne doivent plus faire partie du paysage politique, car la politique c,est du sérieux, ce n,est pas du cinéma

  • Rien n’a changé. C’était déjà prévu ainsi. Revoyez vos notes. Manœuvres dilatoires pour faire traîner les choses. La date du 15 mars (et encore l’avenir le confirmera!) pour l’application de l’Accord avait déjà été proposée par l’AMP dans les discussions. Le calcul se réalise à merveille. Ce qui n’a pas été approuvé dans les débats, est obtenu dans les conditionnalités…

    • Mes chers frères et soeurs, sur 12 mois et si le de janvier se termine tjrs dans les discussions, le temps d, investiture du nouveau 1er Ministre, remise reprise. ..etc
      IL VA RESTER COMBIEN DE TEMPS ?
      CEUX QUI ONT DIT 2018,
      ILS ONT RAISON.


Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :