Étiquette : Société civile

HomeSociété civile

C’est l’une des résolutions de la conférence débat sur le rôle de la Société civile dans l’édification de la démocratie en RDC, analysé dans le livre de maître Hubert Tshiswaka, jeudi 12 juillet 2014, à l’Institut français de Lubumbashi (Haut-Katanga), une province du Sud-Est de la République démocratique du Congo (RDC). Initiée par l’Institut de recherche en Droits Humains (IRDH), cette rencontre a réuni des animateurs d’ONG, des professeurs d’universités, journalistes et autres intellectuels, en vue de réfléchir sur la situation actuelle de ce pays au cœur de l’Afrique. 

Ce sera au cours de la présentation de son ouvrage intitulé : « Société civile et édification de la démocratie en RDC » de Me Hubert Tshiswaka Masoka, Directeur général de l’Institut de recherche en Droits Humains (IRDH), une Organisation de la Société Civile basée à Lubumbashi, Chef-lieu de la province du Haut-Katanga. Le jeudi 12 juillet 2018, de 16 à 18 heures, les animateurs citoyens vont, après réflexion, constituer des réseaux de sensibilisation, groupes de pression et d’échange d’informations.

La plate-forme "Société civile dans sa diversité" soutient la tenue du dialogue national. Sa coordonnatrice Cathy Kalanga a plaidé aujourd’hui pour la prise en compte de la liste de sa plateforme. "Aujourd'hui, les organisations de la société dans leurs diversités saluent l'avènement de la résolution 2277 du conseil de sécurité des Nations Unies. La résolution 2277 se concentre sur un certain nombre des points qui touchent à la vie de notre pays tout en reconnaissant sa souveraineté, son indépendance, son unité et son intégrité territoriale. Les organisations de la société civile dans leurs diversités exigent qu'elles soient prises en compte comme composante à part entière dans toutes les étapes du dialogue. Il s'agit du comité préparatoire des assises, du dialogue proprement dit et de l'étape du suivi des conclusions qui sortiront du dialogue et que leur quota soit respecté. Nous demandons à la facilitation de respecter la liste de la société civile dans sa diversité telle qu'elle a été transmise et exigeons la représentation équitable de toutes les composantes au comité préparatoire et lors de la tenue du dialogue. Toutes les composantes de la société civile, des thématiques et les plates-formes devraient se réunir et réfléchir autour des toutes les questions que connait notre pays. Nous pensons que ce dialogue est un dialogue du peuple". Au total, il y aura 30 délégués qui composeront le comité préparatoire dont 6 de la société civile, 12 de l’Opposition et 12 de la Majorité Présidentielle.    

Le Front citoyen 2016 appelle les nations unies à protéger les activistes, les journalistes et les opposants politiques pendant la période électorale. La délégation conduite par Floribert Anzuluni, coordonnateur du collectif Front Citoyen 2016 et Paul Nsapu, président de la « Ligue des électeurs » fait un plaidoyer auprès des diplomates accrédités au Conseil de sécurité pour que le nouveau mandat de la MONUSCO mette un accent particulier sur la protection des activistes des droits de l’homme en période électorale. Floribert Anzuluni : La situation est de plus en plus grave sur la répression des activistes des droits de l’homme en général et en particulier sur Lucha et autres Filimbi. Nous avons fait savoir que la situation ne devrait pas continuer et qu’il est important que les nations unies s’impliquent pour que cela cesse. Cette répression est liée au processus électoral. Nous avons demandé qu’ils s’impliquent auprès des autorités congolaises pour que cela s’arrête. Il faut insérer dans la nouvelle résolution que la MONUSCO devrait prêter une attention particulière sur la situation des activistes, des journalistes et des opposants politiques. Cette catégorie devrait bénéficier d’une protection particulière pendant le processus électoral. Selon un communiqué du 2 mars 2016, l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, les membres du Front Citoyen Paul Nsapu, président de la Ligue des électeurs et secrétaire général de la FIDH, Jean-Claude Katende, président de l’Asadho et porte-parole du collectif ainsi que Floribert Anzuluni, coordonnateur du collectif Front Citoyen 2016 avaient reçu des appels anonymes …

Corneille Naanga a accordé une audience à quelques leaders de la Société Civile du projet PROCEC, financé par l’Union Européenne. Ils sont venus s’imprégner de la poursuite de la mise en œuvre du calendrier pour l’élection des gouverneurs dans les 21 provinces pour laquelle, ils ont sollicité l’accréditation pour aller observer sur place ces élections. Maître Sylvain LUMU, porte-parole des leaders de la société civile présents: « Nous avons tenu à rencontrer le Président de la CENI en tant que Société Civile pour lui exprimer nos observations par rapport aux dernières décisions 005 et 006 qui ont été prise mais surtout rappeler les différents efforts qu’il fournit depuis qu’il est en place. Notre démarche étant totalement constructive, nous avons obtenu de lui qu’il va prendre en compte les différentes observations. Mais aussi que les organisations ici présentes obtiendront l’accréditation pour aller observer l’élection des Gouverneurs et Vice-gouverneurs des 21 nouvelles provinces ». Ils ont obtenu de la CENI des garanties sur l'accréditation des observateurs électoraux pour les élections des gouverneurs.

Alors que la RDC s’apprête à extrader le rwandais Ladislas Ntaganzwa, poursuivi par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour génocide, une partie de la société civile congolaise s’oppose à cette décision. La dernière prise de position en date est celle du Centre d’études pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’homme (Cepadho) vendredi 4 mars à Goma au cours d'une adresse à la presse. « Il faut une contrepartie de la part du Rwanda. Pourquoi les autorités  congolaises n'exigent pas du Rwanda, en échange de Ntaganzwa, l’extradition de Laurent Nkunda, Jean-Marie Runiga, Baudouin Ngaruye, Eric Badege ou Innocent Nzimurinda de l’ex-M23? » Des propos de Me Omar Kavota, coordonnateur et directeur exécutif du Cepadho. Il est également vice-président et porte-parole du regroupement d'ONG de la société civile du Nord-Kivu Pour rappel, Alexis Thambwe Mwamba, ministre congolais de la justice, avait annoncé la décision de la RDC le 19 février dernier d’extrader Ladislas Ntaganzwa.  

Nos Podcast

L’audio débarque sur POLITICO.CD. Suivez nos discussions au coeur de la politique en temps réel