Étiquette : Ramazani Shadari

HomeRamazani Shadari

Après la conférence de presse de ce lundi 4 juillet 2016 du Rassemblement des forces acquises au changement (créé à la conférence de Genval), Emmanuel Ramazani Shadary, député et secrétaire Général Adjoint du PPRD, a accordé une interview à POLITICO.CD. Charles Mwando Nsimba, membre du G7 et du Rassemble, demande à la CENI de publier un calendrier électoral avant l’opération de l’enrôlement des électeurs. Comment trouvez-vous cette proposition ? On va publier le calendrier avec qui ? Comment on va le faire sans concertation ? C’est terre à terre. Ils manquent quoi dire. On a aujourd’hui 26 provinces... ils ont demandé l’enrôlement de la diaspora. Ils sont pris dans leur propre piège. Nous irons à l’enrôlement. Ça prendra le temps que ça va prendre. Il y aura une transition. Il n’y aura pas élection. Nous le disons. C’est clair. A Kindu, la population a demandé au Président le référendum, le président a dit qu’il a compris (…). La population nous soutient. (…) La population ne vient plus que Kabila parte. Nous venons avec un nouveau discours pour changer la constitution. C’est la position officielle du PPRD ? Le PPRD a déjà parlé par la bouche autorisée, Mova. Je ne sais pas si vous étiez à Kinshasa le 4 juin. Juste après cette sortie médiatique, Joseph Kabila, autorité morale du parti, a réagi en disant à Kalemie qu’il y aura élection. Il y aura élection ? Le référendum n’est pas une élection ? Il a dit aussi qu’on va aller à l’enrôlement. Là vous ne dites rien. …

Les propos de Joseph Kabila à Kalemie sur la tenue des élections continuent à faire de vague. De Kindu où il se trouve, Emmanuel Ramazani Shadari, député et secrétaire Général Adjoint du PPRD, avait accordé une interview à POLITICO.CD, qui soutenait la position du chef de l’Etat. Il proposait même, au nom de son parti, que les élections locales inaugurent ce nouveau cycle électoral. « Respecter le délai national signifie quoi ? Cela ne signifie plus rien dans ce pays parce que tous les paramètres sont clairs. Le délai constitutionnel ne sera pas respecté. Il n’y aura pas élection en décembre. Et il n’y aura rien. Il n’y aura ni chaos ni problème (…). Le Président reste en fonction jusqu’à l’installation du nouveau président élu. La CENI qui organise les élections nous a déjà dit que sur base d’éléments techniques pour aller à l’enrôlement il faut plusieurs paramètres. Il y aura ensuite un calendrier électoral et enfin des élections. Ils (opposants) sont à la recherche des postes. Nous parlons avec eux. C’est des amis et des collègues. Ils savent qu’il n’y aura pas élection, mais ils ne peuvent pas se taire parce que c’est des bonnes guerres. Nous le PPRD, nous allons demander qu’on commence avec les élections locales », avait-il dit. Réagissant à ces propos, Olivier Kamitatu, Président de l’ARC et viec-Président du G7 s’est confié à POLITICO.CD à travers une tribune que vous retrouverez ci-dessous. Texte intégral "Le délai constitutionnel ne sera pas respecté" dit Ramazani Shadari. Cette affirmation est lancée …

A Kinshasa, les réactions continuent au sujet des propos à Kalemie de Joseph Kabila, vendredi 24 juin 16, sur la tenue des élections en RDC. De Kindu où il se trouve, Emmanuel Ramazani Shadari, député et secrétaire Général Adjoint du PPRD, a accordé une interview à POLITICO.CD. Il soutient la position du chef de l’Etat et propose, au nom de son parti, que les élections locales inaugurent ce nouveau cycle électoral. « Respecter le délai national signifie quoi ? Cela ne signifie plus rien dans ce pays parce que tous les paramètres sont clairs. Le délai constitutionnel ne sera pas respecté. Il n’y aura pas élection en décembre. Et il n’y aura rien. Il n’y aura ni chaos ni problème (…). Le Président reste en fonction jusqu’à l’installation du nouveau président élu. La CENI qui organise les élections nous a déjà dit que sur base d’éléments techniques pour aller à l’enrôlement il faut plusieurs paramètres. Il y aura ensuite un calendrier électoral et enfin des élections. Ils (opposants) sont à la recherche des postes. Nous parlons avec eux. C’est des amis et des collègues. Ils savent qu’il n’y aura pas élection, mais ils ne peuvent pas se taire parce que c’est des bonnes guerres. Nous le PPRD, nous allons demander qu’on commence avec les élections locales. » Vous pouvez l’écouter ici.

La Majorité présidentielle annonce qu’elle organise une série de marches pour sensibiliser la population au "dialogue". Ces activités débuteront ce mercredi 25 mai 2016 et s’étaleront jusqu’à la fin du mois. Ce mardi soir, Emmanuel Ramazani Shadari, député et secrétaire Général Adjoint du PPRD, était en réunion avec le gouverneur de la ville de Kinshasa. Il a affirmé que c’est depuis le 14 mai qu’ils avaient informé l’autorité provinciale. « Nous commencerons des activités demain. Il n’y aura pas de confusion. Le pouvoir public va orienter les uns et les autres. » Écoutez Ramazani Shadari au micro de POLITICO.CD

Une mission électorale consultative envoyée par le Secrétariat général des Nations unies et conduite par Tadjoudine Ali Diabaté, directeur adjoint de la division de l’assistance électorale du département des affaires politiques des Nations Unies, séjourne en RD Congo, depuis le 1er mai 2016. Elle a conféré jeudi avec les parlementaires nationaux représentants de la majorité tout comme ceux de l’opposition. Au sortir de l’entretien, le chef de la délégation des députés de la majorité présidentielle, Ramazani Shadari, a dit qu’ils ont fait remarquer à la mission des Nations unies, qu’il est difficile en l’état actuel d’organiser des élections en novembre prochain sans que certains préalables techniques ne soient réglés. Il s’agit notamment de la publication par la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) d’un calendrier électoral, de la fiabilisation du fichier électoral, de l’enregistrement de nouveaux majeurs d’âge, ainsi que de l’impression de la carte d’identité nationale. « Pour cela, il faudra du temps pour préparer de bonnes élections. C’est pourquoi la Majorité présidentielle en appelle au dialogue pour que toutes ces questions soient discutées entre les acteurs politiques et de la société civile afin de lever une option qui satisfasse tout le monde. » a-t-il martelé. Le but de cette mission consultative est d’évaluer la situation et de fournir des conseils stratégiques sur la RDC au chef du département des affaires politiques et au Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en République démocratique du Congo. Cela en vue d’informer le Conseil de sécurité, à travers le prochain rapport du Secrétaire …

Nos Podcast

L’audio débarque sur POLITICO.CD. Suivez nos discussions au coeur de la politique en temps réel