Catégorie : Diplomatie et Sécurité

HomeDiplomatie et Sécurité

Christian Clages, chef de sa division Afrique subsaharienne de la diplomatie allemande, a déclaré que son pays souhaite que les élections se tiennent selon le délai constitutionnel. C’était le vendredi 26 février 2016, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa. «Les questions techniques sont surmontables, notamment celles liées à l’actualisation du fichier électoral (…) Le respect de la constitution est non seulement contenu dans la charte de l’Union africaine, mais elle est aussi une question de stabilité du pays» Le diplomate souhaite également que le dialogue « inclusif » se tienne dans un délai raisonnable. « J’ai proposé à mes interlocuteurs de l’opposition d’entrer dans ce dialogue. Ce dialogue devait garder un certain cadre avec une focalisation sur les acteurs. Il doit être mené dans un délai raisonnable ». Christian Clages a également participé à « la Conférence sur les Investissement du secteur privé dans la Région des Grands Lacs » (CIRGL), dont les assises du 24 au 25 février 2016 à la Cité de l'Union africaine, à Kinshasa.

Le comité de partenariat du projet «Panier commun des bailleurs sur l’appui au processus électoral» (PACEC), composé du gouvernement, de la CENI et des ambassadeurs accrédités à Kinshasa, a examiné vendredi, au siège de l’institution électorale, l’appui des partenaires extérieurs au processus électoral en cours en RDC. Selon le président de la Commission électorale nationale indépendante, Corneille Nangaa, la première réunion avait eu lieu le 28 janvier 2016. Le gouvernement pour sa part, avait validé un plan de décaissement qu’il a déjà commencé à exécuter. Il a été question vendredi d’évaluer le niveau atteint par la participation des partenaires au processus. «Nous allons poursuivre les discussions et la prochaine réunion est fixée au 30 mars prochain», a dit le président de la CENI, ajoutant que cette rencontre sera précédée par la réunion du comité technique devant évaluer les options. Quant au directeur pays du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Priya Gajraj, il y a déjà quelques expertises techniques de soutien des partenaires à la CENI. Il sera maintenant question de voir dans quel secteur du programme un plaidoyer devra été fait. Le vice-ministre des Congolais de l’étranger, Antoine Muyambo qui a affirmé que cette fois-ci cette catégorie des Congolais sera admise aux scrutins, a ajouté que certains partenaires jouent aux conditionnalités, parlant des droits de l’homme, de justice alors que l’objectif est de financer le processus électoral.

Nos Podcast

L’audio débarque sur POLITICO.CD. Suivez nos discussions au coeur de la politique en temps réel