Catégorie : Diplomatie et Sécurité

HomeDiplomatie et Sécurité

Dans son communiqué diffusé sur la chaîne publique RTNC/Haut-Katanga, le gouvernement provincial du Haut-katanga annonce le confinement le jeudi 09 au samedi 11 juillet des villes de: "lubumbashi, Kasumbalesa, likasi et kipushi". Selon le porte-parole du gouvernement provincial, Aerts Joseph Kayumba, "il s'avère que la situation du covid19 en province du Haut-katanga, devient de plus en plus inquiétante avec des nouvelles contaminations". "Pour retrouver les contacts indirects et directs de derniers cas postifis ainsi coupé la contamination, le conseil provincial de sécurité a pris la décision de confiner du jeudi 09 au samedi 11 juillet 2020, les villes de: lubumbashi, Kasumbalesa, Likasi et kipushi", a-t-il souligné Une marche étouffée Coïncidence ou quoi, dans son communiqué de ce jeudi 07 juillet, le maire de la ville de Lubumbashi, Ghislain Robert Lubaba a, "interdit toute manifestation publique ou politique sur la ville jusqu'à nouvel ordre". En outre, le maire de la ville informe qu'aucune manifestation publique ni politique (marche, rassemblement de plus de 20 personnes ) n'est autorisée à Lubumbashi. Il sied de rappeler que, en prévision de la marche programmé par l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), se disait vouloir marché le jeudi 09 juillet contre les propositions de lois Minaku et Sakata, la désignation de Ronsard Malonda à la tête de la Commission Electorale Nationale Indepandante (CENI) Adrien AMBANENGO

Le maire de la ville de Lubumbashi, Ghislain-Robert Lubaba, interdit toute manifestation publique ou politique sur la ville jusqu'à nouvel ordre. C'est le contenu de son communiqué officiel du 07 juillet 2020 où il appelle la population à continuer de respecter sans faille les mesures barrières édictées par le chef de l'État pour lutter contre la propagation de la pandemie de coronavirus. Par conséquent, le maire de la ville informe qu'aucune manifestation publique ni politique (marche, rassemblement de plus de 20 personnes ) n'est autorisée à Lubumbashi. Rappelons que plusieurs partis politiques et organisations de la société civile ont appelé à des manifestations pour dire "non" à l'entérinement de la candidature de Ronsard Malonda par l'Assemblée nationale. Thierry Mfundu

Le Conseil des ministres, de ce vendredi 03 juillet 2020, dit avoir observé une vague des motions de censure à l’égard des exécutifs provinciaux, à l’initiative des députés provinciaux, souvent pour cause de mégestion. Il en est de même des bureaux des Assemblées provinciales menacés des procédures de déchéance, souvent pour cause de non-paiement des arriérés d’émoluments, salaires et primes dus aux députés et au personnel des Assemblées. Face à ces situations, le vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur a envoyé des messages en provinces, instruisant les vice-Gouverneurs d'expédier les affaires courantes là où le titulaire a été atteint par une motion de censure. De même les commissaires provinciaux de la Police ont été instruits de veiller à la sécurité des biens et des personnes à ces occasions. Thierry Mfundu

Saisi par le Gouverneur Walle Lufungula déclaré "démissionnaire", après une série de guéguerre au tour de l'interprétation des fameux résultats issus du vote, Jeudi 25 Juin, de la motion de censure visant la déchéance du Gouverneur de la Tshopo et son gouvernement accusés de la "megestion criante et des détournements des deniers publics", la cour d'appel de la Tshopo vient de trancher. En effet, dans un avis de la cour daté du 02 juillet et parvenu à POLITICO.CD, le cabinet du premier Président de la cour informe que les personnes visées par la motion de censure restent en fonction. La cour d'appel, siégeant Vendredi 03 juillet pour interprétation des articles, fonde son positionnement en vertu de l'article 68 alinéa 5 du ROI, Règlement intérieur de l'Assemblée provinciale qui interdit plus ou moins des signataires des Procès-verbaux adoptés en séances publiques ainsi qu'en séances à huis clos ou d'ajouter d'autres mentions en dehors de ces séances sous peine d'irrégularités. « Seules les signatures de président et du Rapporteur ou de leur remplaçant rendent les procès-verbaux adoptés en séances publiques ainsi que ceux des séances à huis clos authentique.» renchéri l'avis de la cour. Et de poursuivre qu'à travers « l'article 208 alinéa 7, la majorité absolue est définie par rapport au nombre total de députés provinciaux qui composent l'Assemblée provinciale. Pour avoir cette majorité absolue, il faut prendre la moitié de membres (députés provinciaux) composant l'AP plus un.» Cette loi précise en outre que le recours aux suffrages valablement exprimés est …

Depuis la déclaration par le gouvernement congolais de la 11ème épidémie d'Ebola dans la province de l’Equateur, le Service aérien humanitaire des Nations Unies (UNHAS) géré par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) en République Démocratique du Congo (RDC) apporte son soutien au mécanisme de réponse rapide, rapporte la OCHA DRC. UNHAS va positionner à Mbandaka, dès ce mercredi 1er juillet 2020, son hélicoptère jadis dédié aux opérations de la même épidémie à Beni et ses environs, dans la province du Nord Kivu. Cet hélicoptère permettra de relier Mbandaka aux autres zones de santé Bikoro, Iboko et Bolamba, touchées par l’épidémie, qui se trouvent à plusieurs centaines de kilomètres et qui sont difficiles d’accès par la route. Un avion basé à Kinshasa reliera Kinshasa et Goma à Mbandaka une fois par semaine, avec l’option d’augmenter la fréquence à deux fois par semaine, si l’évolution de l’épidémie l’exige. Ces nouvelles rotations s’ajoutent aux vols réguliers opérés par UNHAS les lundis et vendredis au départ de Kinshasa. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a salué au mois de juin un « effort conjoint » d’UNHAS et de l’OMS pour faire venir de Goma à Mbandaka des doses supplémentaires de vaccins contre l’Ebola pour une campagne de vaccination en ceinture des contacts. Pendant la 10ème épidémie d'Ebola dans le Nord Kivu et en Ituri, plus de 925 000 personnes ont reçu l’assistance alimentaire et nutritionnelle. 80 % des bénéficiaires sont des contacts Ebola et leurs familles, et 19% des patients sortis des centres de …

Le gouverneur de la ville de Kinshasa a échangé, lundi 29 juin dans la salle polyvalente de l'hôtel de ville, avec les commerçants du pavillon rwakading du marché central. Selon le service de communication de l'hôtel de ville de Kinshasa, ces derniers, ayant appris qu'ils sont abandonnés à leur triste sort, sont venus rencontrer le gouverneur Gentiny Ngobila pour présenter leurs doléances puis lui solliciter l'autorisation de continuer à vendre sur Rwakading en attendant l'ouverture du marché central. En revanche, le premier citoyen de la ville leur a d'abord fait part de l'impossibilité de laisser des vendeurs sur Rwakading, étant donné qu'il est décidé qu'aucun commerce ne peut se faire à 150 mètres du grand marché. Il leur a expliqué que ce lieu de négoce est fermé sur ordre du Président de la République, Félix Tshisekedi, au travers de son ordonnance décrétant l'État d'urgence sanitaire, en vue de limiter la propagation de la pandémie à coronavirus. Ensuite, le gouverneur Ngobila a rassuré ces vendeurs qu'il y a déjà des marchés provisoires créés dans quelques communes pour relocaliser tous les commerçants venant du marché central. Sur place, il a instruit les responsables du marché central à enregistrer en priorité ces vendeurs afin qu'on leur trouve des places dans d'autres marchés en construction selon leurs lieux d'habitation. Par ailleurs, Gentiny Ngobila n'a pas manqué d'aborder la question relative à la modernisation du marché central. Devant près de cent commerçants, il a expliqué les contours du contrat entre la ville de Kinshasa et …

Face à une gestion qualifiée de "Kakistocratique" de la province de la Tshopo par le Gouvernement Walle Lufungula, 5 mouvements citoyens notent que depuis l'avènement du Gouverneur Walle Lufungula au pouvoir, il y a une année, il a non seulement précipité "la mort des aspirations profondes" des Tshopolaises et Tshopolais au changement, mais encore et surtout entraîné une vague d'indignation généralisée de plusieurs couches sociales. Dans une déclaration parvenue à POLITICO.CD et lue, ce lundi 29 juin devant l'Assemblée provinciale, peu avant la plénière consacrée à la clôture de la session de Mars 2020, ces structures pro changement se joignent à la démarche démocratique des députés provinciaux qui ont, selon ces mouvements, porté haut la voix du peuple à travers une motion de censure contre le gouvernement "totalement déconnecté et insouciant de la misère généralisée de sa population." « En agissant de cette manière, ils (députés) ont manifesté une bravoure historique, faisant d'eux des véritables représentants du peuple. Malencontreusement, cette entreprise salvatrice a été au sujet à diverses interprétations à cause des désorientations ayant occasionné les tergiversations dans la proclamation des résultats. À ce titre, nous comprenons à demi-mot la posture actuelle du Président de l'Assemblée provinciale qui s'en a ravisé » peut-on lire dans la déclaration. Et d'ajouter : « Que de cerner ce message éloquent, exprimant une perte de crédibilité non seulement auprès de ses lecteurs mais aussi auprès de la population, Mr Walle profite des atermoiements qui ont caractérisé la proclamation du résultat de vote de la …

Le Gouverneur du Sud-Kivu a inauguré, ce lundi 29 juin, l'immeuble devant abriter les inspections provinciales de l'agriculture, pêche, élevage et développement rural,en présence du vice Gouverneur de province Marc Malago Kashekere, du ministre provincial de l'agriculture Marcellin Bahaya, des différents partenaires de son Gouvernement et les invités de marque. Selon Aaron Basimarha et Papy Baruti de la Cellule de communication du Gouvernorat du Sud Kivu, ces travaux réalisés par l'entreprise SAGEC sous le financement du PICAGL à travers la Banque Mondiale, ont duré 208 au lieu de 210 jours prévus, soit au total 7 mois et ont coûté 717.000 dollars américains. Un bâtiment de trois étages avec 370 mètres carrés de longueur,110 mètres carrés de largeur, 39 bureaux bien équipés avec trois grandes salles de réunions. Le coordonnateur provincial de PICAGL a remercié le Gouverneur Théo Kasi Ngwabidje pour le suivi de ces travaux du début jusqu'à la fin, rappelant au passage que c'est le Gouverneur qui avait lancé ces travaux le 22 décembre 2019, lorsqu'il avait posé la première pierre de la réhabilitation et la reconstruction de ce bâtiment aujourd'hui pimpant neuf. Théo Kasi Ngwabidje, Gouverneur de Province a rendu un hommage mérité et particulier au Président de la République, Chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui a fait de l'agriculture l'une des priorités de son programme d'actions, en affirmant que le sol doit prendre le dessus sur le sous-sol. Il a pour la circonstance exprimé toutes sa gratitude au Gouvernement de la République qui a, à …

Ce mercredi 24 juin 2020 par l’Assemblée provinciale du Kasaï-Central a déchu le gouverneur de la province du Kasaï Central Martin Kabuya. 18 députés provinciaux au total sur les 30 présents à la plénière, ont voté pour la déchéance du chef de l’exécutif provincial du Kasaï Central. Signalons que Martin Kabuya a été destitué, à la suite d’une motion de censure initiée par 12 députés provinciaux du Kasaï Central. Le gouverneur Martin Kabuya ne s'est pas présenté à l'hémicycle provincial pour présenter ses moyens de défense comme lui demandé par le président de l'Assemblée provinciale. Par contre , il avait sollicité un délai de 7 jours pour réunir les moyens de défense. Cette demande n'a pas été acceptée par l'organe délibérant. Le gouverneur Kabuya est, en effet, accusé par les élus provinciaux d’incapacité à réaliser les actions définies dans son programme d’action pour le bien-être de la population du Kasaï Central. Après la lecture de la motion de destitution, plusieurs personnes sont sorties dans les rues de Kananga pour manifester leurs joies et des klaxons des véhicules ont retentis dans une bonne partie de la ville. Thierry Mfundu

Dans une lettre urgente adressée, le lundi 23 juin 2020, à M. Carly Nzanzu, Gouverneur de la province du Nord-Kivu (Est de la RD Congo), Journaliste en danger (JED) lui a demandé de mobiliser massivement tous ses services pour connaitre le sort d’un journaliste porté disparu depuis une semaine, et qui aurait été « exécuté » par des miliciens armés. « Nos inquiétudes se fondent sur des informations persistantes, selon lesquelles, ce journaliste aurait même été « exécuté » par ses ravisseurs », écrit JED dans cette correspondance en exhortant le Gouverneur de province à prendre très au sérieux ces allégations, et de tout mettre en œuvre pour élucider cette affaire. Selon des journalistes locaux contactés par JED, Bwira Bwalitse, directeur de la Radio Communautaire de Bakumbule (RCBA), station émettant à Kalembe dans le territoire de Walikale à environ 130 Km de Goma, a été enlevé, le mardi 16 juin 2020 dans la matinée, par des hommes armés sur la route Kalembe - Pinga, dans la localité Bushimoo, pendant qu'il revenait, à bord d'une moto, accompagné de deux autres personnes, de la cité Peti, où il était allé ouvrir une autre station de sa radio. Bwira Bwalitse anime une émission intitulée : " Vivre ensemble" consacrée à la pacification du territoire de Walikale. Dans ses émissions, le journaliste appelait régulièrement les groupes armés actifs dans cette contrée à déposer les armes afin d'être utiles à la communauté. Contacté par JED, Ely Muhindu, rédacteur en chef de la RCBA, a déclaré …

Nos Podcast

L’audio débarque sur POLITICO.CD. Suivez nos discussions au coeur de la politique en temps réel