Catégorie : Diaspora

HomeDiaspora

Le ministre de l'intérieur, Aryeh Deri, a reporté l'expulsion prévue de centaines de demandeurs d'asile de la République démocratique du Congo (RDC) en Israël, après que le ministère des Affaires étrangères ait annoncé qu'ils pourraient être en danger s'ils étaient renvoyés dans leur pays d'origine apprend POLITICO.CD du média The Time of Israel. Dans une lettre à Shlomo Mor-Yosef, directeur général de la Population Immigration and Border Authority, Deri a écrit que cette décision était venue "à la lumière des récentes informations de sources professionnelles du ministère des Affaires étrangères et de leur recommandation de retarder ma décision concernant la fin de la protection collective des ressortissants de la République démocratique du Congo en raison de l'évolution récente de la situation dans ce pays." Outre les demandeurs d'asile du Soudan, du Sud-Soudan et de l'Érythrée, les citoyens congolais sont les seuls à pouvoir bénéficier du statut de protection temporaire en Israël. Les critiques ont accusé Israël de s'être traîné les pieds pour prendre des décisions en matière d'asile pour les migrants. Depuis des années, le Congo connaît des conflits civils et les autorités luttent actuellement contre une épidémie du virus Ebola. Les antagonismes en Israël à l'égard des migrants se sont durcis ces dernières années. On estime à environ 35 000 le nombre d'immigrants africains vivant dans le pays confrontés à l'hostilité des législateurs et des habitants de communautés très peuplées. Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD

La plupart des ressortissants congolais sont arrivés en Israël il y a plus de 20 ans, lorsque la RDC était en guerre. Et récemment, le gouvernement israélien a abaissé son statut de réfugié rapporte la télévision turque TRT World. "Des demandeurs d'asile congolais ont organisé des manifestations avec des milliers de migrants africains menacés d'expulsion en Israël" indique la vidéo visionnée par la rédaction de POLITICO.CD. En 2007, le gouvernement israélien a octroyé aux personnes fuyant la RDC ce qu'on appelle un «statut de protection de groupe». Pendant une décennie, elles ont été exemptées d'expulsion et autorisées à travailler. Cependant, l'année dernière, le gouvernement a soudainement renversé le statut de réfugié et des groupes de défense des droits israéliens protestaient contre la décision du gouvernement devant le tribunal suprême du pays. Puisque l'immigration ne vérifie pas leurs demandes d'asile, toutes ces personnes ne sont pas reconnues comme réfugiées. C'est ce qui permet aux autorités d'immigration de changer de statut. Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD

Après près de dix mois de fermeture, le centre européen de visas (nouvelle appellation de la Maison Schengen) rouvrira ses portes ce mercredi 06 mars à Kinshasa apprend POLITICO.CD de sources diplomatiques. Au téléphone de POLITICO.CD, Barnabé Kikaya Bin Karubi, conseiller diplomatique de l'ancien président Joseph Kabila a confirmé cette réouverture. "On a appris à travers le communiqué. Effectivement la Maison Schengen rouvrira ce mercredi. Normalement la presse devrait avoir le communiqué ou l'invitation via l'ambassade de Belgique en RDC" a déclaré ce diplomate. Fermée sur fond de tensions bilatérales entre la RDC et la Belgique, la réouverture de la Maison Schengen a été renégociée entre le nouveau régime conduit par Félix Tshisekedi et les représentants des ambassades européennes accréditées à Kinshasa. Le nouvel accord améliore plusieurs griefs relevés par les ressortissants congolais qui recherchaient les titres de séjour dans l'espace Schengen. Fiston Mahamba (@FMLarousse) |POLITICO.CD

Le réseau international Congo Business Network a créé un comité stratégique qui va l'assister à réaliser sa mission, qui est de connecter les professionnels et les entrepreneurs de la diaspora afin d'agir pour contribuer au développement économique du Congo. Dans la diaspora, le comité est composé de ces professionnels et entrepreneurs : Noel K. Tshiani, Président chez Agere Global et Fondateur de Congo Business Network basé à New York ; Hervé Kozikila, Directeur des Opérations chez BNP Paribas basé à Hong Kong ; Marc Luanghy, Président chez Intellectual Property Management Service et Juriste Spécialisé en Propriété Intellectuelle basé à Genève ; Sylvain Tshibwabwa, Co-Fondateur de OFC Network et Expert en Blockchain basé à Montréal ; Donatien Tshamala, Président chez Tshamala Consulting et Expert en Réseau Informatique et Cybersécurité basé à Ottawa ; Charles Mbuya, Directeur Financier chez Menji Consulting et Expert en Gestion des Infrastructures basé à Ottawa ; et Fabrice Ntompa Ilunga, Président de la Jeune Chambre du Congo-Kinshasa au Québec basé à Montréal. Au Congo, le comité est composé de ces professionnels et entrepreneurs : John Nsana Kanyoni, Directeur Général chez Metachem et Vice-Président de la Chambre de Mines à la Fédération des Entreprises du Congo basé à Goma ; Bonny Maya, PDG chez eMart.cd basé à Kinshasa ; François Kakese, Manager chez Deloitte Spécialisé en Conseil et Avis de Risque basé à Kinshasa ; François Mpuila, Directeur Adjoint des Études au Fonds de Promotion de l’Industrie et Expert en Intégration Régionale basé à Kinshasa ; Renedieu Kipoyi, …

La délégation de l'Union Européenne a rendu public ce 22 février les nouvelles dispositions relatives à l'obtention de visa dans l'espace Schengen à la suite d'un accord visant la réactivation de la Maison Schengen, signé entre la RDC et la Belgique ce vendredi à Kinshasa. Sur le coût de ce titre de séjour, le communiqué souligne que les coûts de traitement ayant sensiblement augmenté au cours des dernières années, une hausse modérée des droits de visa sera appliquée (80 Euros contre 60 Euros auparavant). "Sans constituer un obstacle pour les demandeurs de visa, cette légère hausse permettra aux États membres de maintenir un personnel consulaire en nombre suffisant dans le monde entier, afin d'assurer des contrôles de sécurité plus stricts, et de moderniser le matériel informatique et les logiciels" écrit le document. "Des procédures plus souples: les voyageurs pourront déposer leur demande jusqu'à 6 mois (9 mois pour les marins) avant le déplacement qu'ils auront programmé, au lieu de 3 mois actuellement, le plus souvent directement dans leur pays de résidence" écrit le communiqué de presse reçu par POLITICO.CD. "Ils pourront également remplir et signer leur demande par voie électronique, si cette possibilité leur est offerte. Les mineurs âgés de 6 à 18 ans pourront être exemptés du paiement des droits de visa" poursuit le communiqué de presse. "Des visas à entrées multiples assortis d'une plus longue durée de validité: grâce à l'instauration de règles contraignantes communes, un visa à entrées multiples pourra être délivré aux voyageurs fréquents dont les …

L'Union Européenne a actualisé sa liste noir des compagnies aériennes interdit d'accès à son ciel pour diverses raisons. Les compagnies concernés sont situées dans 13 africains dont la dont la majorité en république démocratique du Congo. C'est depuis fin novembre dernier que l'UE a mis à jour cette liste. Nous y retrouvons 78 compagnies aériennes qui selon la commission européenne, "ne répondent pas aux normes de sécurité internationales". Ainsi, les 21 compagnies certifiées en république démocratique du se retrouvent parmi les 76 interdites d'accès suite au manque de surveillance de la sécurité par les autorités de l'aviation civile. Parmi les 21 compagnies en RDC nous retrouvons Congo Airways, CAA, Busy bee Congo, Air Kasaï, Gomair, Air Katanga, Dakota SPRL, Korongo Airlines, Services air et autres.   Liste complète AIR FAST CONGO AIR KASAI AIR KATANGA AIR TROPIQUES BLUE AIRLINES BLUE SKY BUSY BEE CONGO COMPAGNIE AFRICAINE D’AVIATION (CAA) CONGO AIRWAYS DAKOTA SPRL DOREN AIR CONGO GOMAIR KIN AVIA KORONGO AIRLINES MALU AVIATION MANGO AIRLINES SERVE AIR SERVICES AIR SWALA AVIATION TRANSAIR CARGO SERVICES WILL AIRLIFT

Lors de chaque trêve internationale, les supporters les plus patriotes ont la chance d’apercevoir leur président dans les tribunes des stades. En effet, que ce soit en France, au Congo ou ailleurs, les hommes les plus puissants du pays se donnent rendez-vous dans les enceintes sportives. Hymne, rencontre avec les sportifs… Tout est fait pour lier, ensemble, politiques et sports. Récemment, les deux se sont d’ailleurs mélangés au plus grand damn des supporters lors des affrontements entre les forces de police et le peuple catalan, désireux de crier haut et fort son indépendance. C’était lors d’un FC Barcelone - Las Palmas, où le premier mot d’ordre du club catalan résulte dans le « Mes que un club », comprenez « plus qu’un club ». https://twitter.com/rbesac/status/914551660516700160 Pourtant, après la victoire 3-0 dans un Camp Nou vide, Gérard Piqué n’a pas pu cacher sa déception et ses souffrances. «  C’était difficile de jouer, la pire expérience de ma vie. Le président du gouvernement a menti, il disait qu’on était une minorité : on a prouvé qu’on est des millions et qu’on veut juste voter » a-t-il déclaré. Depuis, le défenseur a eu le droit à des sifflets un peu partout dans le pays, et surtout lors du rassemblement en sélection, puisqu’il a pris partie pour la Catalogne. Ce n’est pas la première fois que la politique s’immisce dans le football. En Espagne toujours, les ministres ont déjà balayé à la poubelle les diverses dettes des clubs espagnols comme le Real ou le FC …

Le ministre délégué en charge des Congolais de l’étranger, Emmanuel Ilunga Ngoie Kasongo, a appelé les Congolais vivant en Afrique du Sud à la prudence et à rester vigilants pour protéger leur intégrité physique, lors des éventuels mouvements de masses et de protestation. Emmanuel Ilunga qui intervenait à l’issue d’une séance de travail mercredi  à  Kinshasa, avec l’ambassadeur de l’Afrique du Sud en RDC, Abel Shilubane,  s’est attardé sur la situation des Congolais vivant dans le pays de Nelson Mandela, a invité ses compatriotes travailleurs à la vigilance et ceux qui n’ont pas d’occupations à rester chez soi en cette période de hautes tensions consécutives aux préparatifs des élections au cours desquelles les antagonistes sont prêts à tout. Il a dit avoir eu une séance de travail avec l’ambassadeur de l’Afrique du Sud au sujet des informations en provenance de ce pays et  de la commission ‘’Défense et sécurité’’ du  Parlement fait état  d’éventuels mouvements de tension en Afrique du Sud, particulièrement a Johannesburg. «Nous, en tant que responsables et autorité, devons prendre des  mesures nécessaires  pour éviter  des difficultés et souffrances à  de nos  compatriote. C’est pour cela que j’ai demandé une séance de travail avec l’ambassadeur sud-africain pour examiner ensemble les voies et moyens  d’épargner  des difficultés supplémentaires a nos compatriotes vivant en Afrique du Sud», a indiqué le ministre délégué en charge des Congolais de l’étranger. Pour sa part, l’ambassadeur de l’Afrique du Sud a invité les Congolais vivant dans son pays  à éviter les attroupements, à s’abstenir …

Nos Podcast

L’audio débarque sur POLITICO.CD. Suivez nos discussions au coeur de la politique en temps réel