Des milices armées par des multinationales dans des mines à l’Est du pays

L’International Peace Information Service (IPIS), une ONG indépendante Belge a mené une étude sur la présence de groupes armés dans les mines de l’est de la République Démocratique du Congo.Partager :FacebookX

un-enfant-dans-mine-cobalt_0_1400_974

Des milices armées par des multinationales dans des mines à l’Est du pays

Dans son rapport intitulé « Analyse de la carte interactive des zones d’exploitation minière artisanale dans l’est de la RD Congo  » publié ce mardi, cette organisation note une présence armée dans 56% des mines de l’est de la RDC.

L’étude qui a porté sur 2026 mines a duré deux ans. Elle a également abordé les questions liées à la sécurité de personnes qui travaillent dans les mines artisanales, le prélèvement des taxes illégales sur les exploitants artisanaux,…

Cette organisation indique qu’il faudra donc remettre en question les différentes chaînes d’approvisionnement en matières premières [les industriels électroniques] qui interviennent dans la fabrication des outils de la nouvelle technologie à l’instar de téléphones, des ordinateurs,…dont la majeure partie de leurs constituant sont extraits de minerais tels que la cassitérite, le coltan, l’étain, la tourmaline,… extraits pour la plupart dans les conditions de souffrances par des milliers de Congolais.

« Si une bonne traçabilité de la provenance de ces minerais n’est pas établie, des géants de l’industrie technique participeraient au financement de ces groupes armés, qui ont causé plusieurs atrocités sur les paisibles populations de la région. Cette situation pourrait également pérenniser le cycle de guerre et violence qu’a connu la région il y a de cela deux décennies note le rapport« , fait savoir ce rapport.