Deux ans après le debut de massacres à Beni: où en sommes-nous?

0
1242

2 octobre 2014-2 octobre 2016, cela fait deux ans depuis que la ville de Beni et le territoire portant le même nom sont victimes des attaques contre les populations civiles par des présumés rebelles ADF.

En deux ans, les organisations locales ont recensé plus de 1300 victimes, pour la plupart exécutées à l’arme blanche. Des villages entiers sont restés fantômes suite aux déplacements de plus de 200 milles personnes qui les occupaient. La région étant en 80%, la répercussion du non accès aux champs ne fait sentir dans la région entière par la montée d’une crise générale dans tous les domaines de la vie quotidienne.

En deux ans également l’armée Congolaise mène des opérations militaires contre le groupe rebelle présumé auteur de ces massacres. Malgré la reprise d’importants bastions rebelles, les troupes gouvernementales bien qu’appuyées par les Casques bleus de la brigade d’intervention de la mission de l’ONU n’arrivent pas à mettre fin à l’activisme de ce groupe armé. Pour Jean-Paul Ngahangondi, coordonnateur de l’ONG Convention pour le respect des droits humains (CRDH) basée à Oïcha, chef-lieu du territoire de Beni, l’armée est confrontée à plusieurs difficultés, notamment la non considération de la situation de Beni comme urgence nationale par le gouvernement. « La classe politique est plus tournée par son maintien au pouvoir et n’a pas trop investi dans la question de Beni » a dit Jean-Paul Ngahangondi à POLITICO.CD.

Jean-Paul Ngahangondi est au micro de POLITICO.CD avec Fiston Mahamba, notre envoyé spécial dans la région de Beni. 

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/285846070″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]