Agression dans l’Est : « Tous les responsables du M23 finiront à la CPI » (Patrick Muyaya)

WhatsApp-Image-2022-12-06-at-17.38.13

Le porte-parole du gouvernement, et ministre de la communication et Médias, Patrick Muyaya, a annoncé que sur instruction du Chef de l’État Félix Tshisekedi, une enquête en interne et en externe devrait être lancée pour établir des responsabilités dans les massacres de Kishishe et à cette occasion, la ministre de la Justice, Rose Mutumbo, a donné une injonction à l’auditeur général pour débuter les enquêtes et a également tenu un discours à ce sujet, au siège de la Cour pénale internationale (CPI), à la Haye aux Pays-Bas.

« Ces massacres se répètent dans l’Est de la République parce qu’il y a impunité. Et ce, parce que le Rwanda couvre les criminels et pourtant ils sont sur les listes des États-Unis et des Nations-Unies. Cette fois-ci, comme on a saisi la Cour pénale internationale, tous les responsables du M23 finiront à la CPI […] Nous sommes engagés sur les fronts médiatique, militaire, diplomatique et judiciaire. Dans le front judiciaire, nous irons jusqu’au bout parce que si justice n’est pas faite, le mal va durer davantage », a annoncé Patrick Muyaya qui participait à une émission radiophonique sur Top Congo FM.

Pour le porte-parole du gouvernement, la réconciliation ne peut réussir sans la justice, de ce fait dans les prochains jours un document dans lequel sera répertorié tous ceux qui sont éligibles au-delà des processus de paix sera rendu public, car en croire ses propos, « Tous ceux qui ont commis des crimes au Congo doivent être poursuivi et en répondre ».

Il sied de noter que le ministre de la communication et médias s’est dit satisfait de la tenue à Nairobi au Kenya, du processus de paix et de sécurité dans l’Est du pays, qui devra permettre de faire taire les armes dans cette partie de la République.

« On doit régler le problème de la sécurité dans l’Est de la RDC. Ce problème perdure à cause des groupes armés. Aujourd’hui, tous les groupes armés vont signer un acte d’engagement », a-t-il conclu.

Monge Junior Diama