PUBLICITÉ

Attaques rwandaises en RDC: « le Rwanda doit reconnaître sa culpabilité et sa responsabilité dans l’instabilité dans notre pays » (Gouvernement)

La vérité finit toujours par triompher. C’est la réaction à chaud du Gouvernement congolais après la confirmation par un groupe d’experts de l’ONU de l’implication sans ambage du Rwanda dans l’instabilité de la RDC, principalement dans la partie Est.

Dans un communiqué, le ministère de la Communication et médias que dirige Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement dit saluer le travail réalisé par le Groupe d’Experts mandatés par les Nations Unies rassemblant dans un rapport des « solides preuves » de la présence de troupes rwandaises aux côtés des terroristes du M23 lors d’affrontements dans l’est de la RDC depuis dix mois, soit entre novembre 2021 et juillet 2022.

- Publicité-

Il affirme que des membres des Forces rwandaises de défense (RDF) ont bel et bien fourni des armes, des munitions et des uniformes au M23 et ont mené des attaques conjointes avec le M23, notamment en mai dernier à Rumangabo.

Parmi les preuves rassemblées figurent des photos de soldats rwandais dans un camp du M23, des images filmées par des drones montrant des colonnes de centaines de soldats marchant en territoire congolais, et des photos et vidéos montrant des combattants du M23 munis d’uniformes et d’équipements de l’armée rwandaise.

Aussi, le gouvernement congolais note que ce rapport «confidentiel » du Groupe d’Experts de l’ONU soumis au Conseil de sécurité paraît quelques jours après celui de Human Rights Watch (HRW) qui confirmait également l’incursion du Rwanda et sa complicité avec le M23 dans la commission des crimes contre la population congolaise.

« Face à ces multiples preuves, le Rwanda ne peut plus démentir les accusations et doit reconnaître sa culpabilité et sa responsabilité dans l’instabilité dans notre pays », soutient le gouvernement de la RDC.

A cette occasion, la RDC a appelé le Conseil de sécurité à condamner cette énième agression meurtrière et à en tirer toutes les conséquences afin d’obtenir le retrait définitif du M23 de toutes les localités occupées et de soutenir le processus judiciaire devant aboutir à la condamnation des coupables et à la réparation en faveur des familles des victimes.

Toutefois, précise la même source, le Président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi et le Gouvernement restent engagés dans les différents processus pour la stabilisation et la pacification de l’Est du pays.

De son côté, le Rwanda conteste ces allégations qu’il qualifie de « non validées » soutenues par le Groupe d’experts des Nations Unies et dit ne peut commenter un rapport non publié et non validé.

Dans sa réaction, le gouvernement rwandais fait remarquer que le Conseil de sécurité de l’ONU a reçu un rapport du Groupe d’experts de l’ONU sur la RDC en juin 2022, qui ne contenait « aucune de ces fausses allégations », et un rapport à mi-parcours est attendu en décembre. Pour le pays de Paul Kagame, ce rapport des experts de l’ONU ne peut être qu’une tactique pour détourner l’attention des vrais problèmes.

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

spot_img

EN CONTINU