PUBLICITÉ

Manifestations hostiles à la MONUSCO : Kinshasa appelle la population au calme

Le gouvernement a, à l’issue d’une réunion d’urgence présidée dans la soirée du mardi par le Premier ministre Jean Michel Sama Lukonde, lancé un appel au calme à la population après deux jours des manifestations hostiles contre la présence de la Mission de l’Organisation des Nations-Unies pour la stabilisation de la République Démocratique du Congo (MONUSCO), dans le Nord-Kivu.

Selon le porte-parole du gouvernement, le ministre Patrick Muyaya qui a fait le compte rendu à la presse, cette réunion d’urgence était une occasion pour le chef du gouvernement ainsi que tous les responsables des Nations-Unies de faire le point sur la situation, au regard non seulement des dégâts humains et matériels importants causés par ces manifestations, mais aussi et surtout au regard du plan de transition consacrant le retrait progressif de la Monusco du territoire de la République Démocratique du Congo.

- Publicité-

« La situation était suivie de très près par le Président de la République lui-même et le Premier ministre. Aujourd’hui, à la fin de la journée, il était important que l’on puisse réunir les responsables de la mission qui sont nos partenaires dans le travail pour le retour de la Paix notamment dans la partie Est de la RDC pour faire le point de ladite situation», a-t-il déclaré avant de déplorer le bilan de ces hostilités.

« Malheureusement, il y a eu des morts, 15 au total : 12 du côté congolais et 3 du côté des casques bleus et des dégâts matériels importants. Le plus urgent au cours de cette réunion, c’était des dispositions qui sont en cours et qui doivent être prises parce que nous, gouvernement de la RDC, nous avons le devoir, conformément à l’accord de siège qui nous lie avec les Nations-Unies, d’assurer la sécurité des installations de la Monusco et de son personnel », a expliqué le porte- parole du gouvernement soulignant que c’est ce sur quoi les éléments de la Police et de l’armée s’attèlent depuis le début.

» C’est à ce niveau qu’on devrait échanger avec les responsables de la Monusco pour prendre des mesures urgentes et qu’au retour attendu de madame Bintou dans les prochains jours, nous pourrons avoir un dialogue plus étendu sur le travail que nous faisons déjà étant donné que l’on a déjà amorcé le processus du retrait de la Monusco« , a -t-il renchérit

« Le message essentiel c’est de lancer un appel au calme. Rien ne peut justifier la violence, rien ne peut justifier d’aucune manière une quelconque forme d’attaque sur les installations de la MONUSCO. Nous voulons dissuader ceux qui, parce que nous avons notamment les éléments d’informations qui renseignent qu’il y a des personnes qui veulent s’en prendre à tout le personnel de la Monusco. Il ne faut pas tomber dans l’amalgame. Il ne faut pas se tromper d’ennemis. Parce qu’au sein de la Monusco, il y a non seulement des étrangers mais aussi des compatriotes congolais », a souligné le Porte-parole du gouvernement qui annonce en outre que les enquêtes judiciaires sont en cours pour dégager les responsabilités.

Au regard du Plan de transition pour le retrait de la Monusco de la RDC telle que la population l’exige, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations-unies a.ï, M. Khassim Diagne a souligné la nécessité de travailler avec les autorités congolaises pour voir ensemble des éléments qu’il faut renforcer tout en tenant compte de la situation sur le terrain.

« Je voudrais, au nom de mes collègues qui m’accompagnent, au nom de la Représentante spéciale, remercier le gouvernement, le Premier ministre qui vient de nous réunir avec quelques membres du cabinet pour faire le point sur la situation sécuritaire qui prévaut en ce moment à l’Est et encore une fois réitérer notre entière disponibilité à travailler avec le gouvernement pour tirer la lumière sur ces faits« , a-t-il indiqué rappellant que la Monusco est ici en soutien aux autorités congolaises pour essayer de stabiliser les zones encore occupées par les groupes armés.

» Dans ce soutien, il faut un partenariat fort. Il nous faut travailler dans la cohérence, dans l’harmonie. Comme l’a souligné le ministre, nous avons un plan de transition. Il nous faudra donc nous retrouver pour regarder dans ce plan de transition, quels sont les éléments qu’il faudra accentuer, des éléments qu’il faudra améliorer. Mais, je peux vous assurer de l’entière disponibilité du système des Nations-Unies pour accompagner les efforts du gouvernement congolais », a dit Khassim Diagne.

Pour rappel, des manifestations hostiles à la présence de la Monusco en RDC ont été observées ces deux jours dans la ville de Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu et dans d’autres villes de cette province. La population exige le retrait de la mission onusienne du territoire de la République Démocratique du Congo suite à la persistance des massacres perpétrés par les forces négatives dans la région.

Ont pris part à cette réunion d’ urgence, le Représentant spécial intérimaire du Secrétaire général des Nations-unies, le Directeur des affaires politiques des Nations-Unies en RDC, le coordonnateur des affaires humanitaires et le Directeur du Bureau conjoint des Nations-Unies aux droits de l’homme, le Vice-premier ministre en charge des affaires étrangères, le vice-premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, la Vice-ministre de la défense, le ministre de la Communication et Médias ainsi que des membres du cabinet du Premier ministre.

Stéphie MUKINZI M & ACP

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

spot_img

EN CONTINU