PUBLICITÉ

Agression dans l’Est : 29 civils tués depuis mi-juin par le M23, Human Rights Watch craint un soutien rwandais (rapport)

Dans son nouveau rapport publié ce lundi, Human Rights Watch affirme que le mouvement du 23 mars – M23 – actuellement actif au Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, a sommairement tué au moins 29 civils depuis la mi-juin 2022 dans les zones qu’il contrôle, depuis sa résurgence dans le territoire de Rutshuru.

Cette ONG dit craindre, cependant, que la force rebelle abusive, largement inactive depuis une décennie, reçoive le soutien rwandais pour ses opérations dans la province du Nord-Kivu.

- Publicité-

D’après Thomas Fessy, chercheur principal sur la RD Congo à Human Rights Watch, les terroristes du M23 ont commis ces derniers jours d’horribles abus contre des civils. « Depuis que le M23 a pris le contrôle de plusieurs villes et villages du Nord-Kivu en juin, ils ont commis le même genre d’horribles abus contre des civils que nous avons documentés dans le passé », a-t-il déclaré.

Pour lui, « l’incapacité du gouvernement à tenir les commandants du M23 responsables des crimes de guerre commis il y a des années leur permet, ainsi qu’à leurs nouvelles recrues, de commettre des abus aujourd’hui ».

Human Rights Watch dit avoir mené, depuis juin, 49 entretiens avec des survivants et des témoins d’abus, ainsi qu’avec des membres des familles des victimes, des autorités locales, des militants, du personnel de l’ONU, du personnel de sécurité et des diplomates.

Cependant, le 17 juillet, le M23 a rejeté les conclusions de Human Rights Watch. Auparavant, le 24 juin, le groupe rebelle avait démenti qu’ils ont commis des tueries à Ruvumu. Au lieu de cela, ils ont imputé la mort aux Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), un groupe armé majoritairement hutu rwandais opérant au Congo, et aux Nyatura, un groupe armé congolais jurant de protéger les communautés hutues.

Ayant recensé d’horribles abus du M23 contre les civils, Human Rights Watch plaide que « les pays donateurs devraient suspendre l’assistance militaire aux gouvernements qui soutiennent le M23 et d’autres groupes armés abusifs ».

« Les civils de l’est du Congo ne devraient pas avoir à endurer de nouvelles atrocités par le M23. L’ONU devrait de toute urgence intensifier ses efforts auprès des autorités nationales et régionales pour empêcher que l’histoire ne se répète aux dépens de la population du Nord-Kivu », a soutenu Thomas Fessy.

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

spot_img

EN CONTINU