PUBLICITÉ

Attaque et prise de Bunagana par le M23 : comment Museveni et l’Ouganda ont contribué

Quand le gouvernement congolais autorise, en novembre 2021, à l’armée ougandaise d’entrer dans son territoire pour mutualiser (toujours en cours ndlr ) avec les FARDC dans la lutte contre les Forces Démocratiques Alliées (ADF), un groupe terroriste d’origine ougandaise affilié à l’organisation Etat islamique (EI) et qui multiplie les exactions dans l’est de la RDC, plus d’un Congolais était surpris d’une telle décision qui, par ailleurs souffrait de l’aval du Parlement.

Plusieurs témoignages recensés par LeMonde démontrent comment le pays de Museveni a soutenu le Mouvement du 23-Mars (M23), un groupe terroriste issu d’une ancienne rébellion à dominante tutsi, dans l’attaque de la cité frontalière stratégique de Bunagana après des violents affrontements avec les FARDC.

- Publicité-

Nestor n’a pas recroisé de militaires ougandais, excepté quelques douaniers, depuis l’attaque de Bunagana. « Dès que j’ai entendu les premières explosions, à l’aube, j’ai couru jusqu’à la douane pour me mettre en sécurité », explique l’étudiant congolais, joint par téléphone. Une cinquantaine de soldats de la Force de défense du peuple ougandais (UPDF) sont passés devant lui avant de « traverser la frontière aux côtés des rebelles », affirme-t-il à Le Monde.

Réfugié lui aussi à la douane – zone neutre entre les deux pays – pendant l’offensive, Célestin* a aperçu des hommes en uniforme qui portaient des bottes estampillées « UPDF ». « Ils échangeaient avec le M23 grâce à des radios talkie-walkie », indique ce résident de Bunagana. Pendant plusieurs heures, l’électricité a été « coupée » côté ougandais, rapportent deux témoins interrogés par Le Monde. « Pour faciliter l’attaque », analyse l’un d’entre eux.

Conflit RDC-RWANDA : le rôle de l’Ouganda

Avec l’évolution de la situation, et malgré le désescalade entre la RDC et le Rwanda, accusé ouvertement par Kinshasa de soutenir les rebelles, la prise de Bunagana interroge aussi sur le rôle joué par l’Ouganda dans le conflit.

Selon rapport du Groupe d’experts de l’ONU publié le 14 juin, le M23 convoitait depuis plusieurs semaines ce carrefour commercial stratégique. Les 28 et 29 mars, un premier assaut avait déjà été lancé sur Bunagana, que les Forces armées de la RDC (FARDC) avaient repoussé avec « le soutien de l’UPDF ».

Mais « lors de la seconde attaque, ils collaboraient avec le M23 ; nous n’avons pas compris ce changement de stratégie », développe Cédric*, un représentant de la Société civile de Bunagana, qui regroupe des associations citoyennes.

Le porte-parole de l’armée ougandaise, Felix Kulayigye, a rapidement nié l’implication de l’UPDF. « Si l’Ouganda avait voulu prendre Bunagana, nous avons un bataillon entier positionné à la frontière qui aurait pu le faire », a-t-il déclaré le 16 juin sur NBS, une chaîne de télévision ougandaise.

Ces démentis n’ont pas convaincu à Kinshasa. Le 21 juin, Christophe Mboso, le président de l’Assemblée nationale congolaise, a dénoncé l’occupation « illégale » de Bunagana avec la « complicité de l’Ouganda » lors d’un colloque entre les présidents des assemblées d’Afrique australe. Le deuxième personnage de l’Etat avait déjà annoncé en plénière, le 14 juin, la suspension du processus de ratification des accords conclus avec l’Ouganda, sans préciser lesquels étaient concernés.

Les deux pays étaient pourtant en phase de rapprochement depuis plusieurs mois. Le 31 mai 2021, le président congolais, Félix Tshisekedi, avait signé avec son homologue ougandais, Yoweri Museveni, un partenariat pour rénover 223 kilomètres de routes commerciales dans l’est de la RDC, notamment l’axe Bunagana-Goma, l’une des plus grandes villes du pays. Le 30 novembre suivant, les FARDC et l’UPDF avaient lancé « Shujaa », une opération militaire conjointe (toujours en cours) pour lutter contre les Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe armé d’origine ougandaise affilié à l’organisation Etat islamique (EI) et qui multiplie les exactions dans l’est de la RDC.

« Les soupçons sur l’Ouganda remontent à quelques semaines. Tout est parti de l’activisme sur Twitter du fils du président ougandais, Muhoozi Kainerugaba, influent parce qu’il est le commandant en chef de l’armée de terre. Il y affichait son soutien au président rwandais, Paul Kagame, explique un parlementaire élu dans l’est de la RDC. « Ce ne serait pas la première fois que nos voisins cherchent à élargir leur influence au Congo », dixit ce parlementaire.

Les loups ne se mangent pas entre-eux

Kinshasa pensait peut-être profiter des dernières tensions entre Kagame et Museveni pour aligner Kampala dans ses rangs. Erreur ! Les loups ne se mangent pas entre-eux mais « Homo homini lupus est», cette maxime latine signifiant « l’homme est un loup pour l’homme », autrement dit « l’homme est le pire ennemi de son semblable ». Kinshasa s’y attendait le moins.

Avant la chute de Bunagana, le fils du président Museveni a multiplié les voyages à Kigali. La frontière entre les deux pays, fermée depuis février 2019, a rouvert en janvier 2022. « Ce rapprochement de l’Ouganda avec le Rwanda expliquerait en partie pourquoi les autorités de Kampala laissent faire. Le M23 s’approvisionne en Ouganda et passe la frontière sans être inquiété », analyse Reagan Miviri, de l’institut congolais Ebuteli. Le chef de l’Etat ougandais a apporté « un soutien diplomatique clair en faveur du M23 », poursuit le chercheur, en conseillant à une délégation congolaise, en visite à Kampala mi-juillet, de dialoguer avec le M23, considéré comme mouvement terroriste par le gouvernement congolais. Ce que Kinshasa continue de refuser.

Les pays voisins de la RDC se sont déjà impliqués dans plusieurs conflits dans l’est du pays. Lors de la précédente insurrection du M23, en 2012-2013, plusieurs pays et institutions internationales avaient dénoncé l’appui de Kigali et Kampala. Avant sa défaite en 2013, le groupe armé avait occupé plusieurs agglomérations, dont Bunanaga, grâce au « soutien des commandants des forces armées ougandaises », selon un rapport du Groupe d’experts de l’ONU publié en novembre 2012. A cette époque, la branche politique opérait depuis Kampala. Son responsable, Bertrand Bisimwa, y a d’ailleurs vécu jusqu’en janvier 2022.

Le chef de la branche armée, Sultani Makenga, s’est également installé dans la capitale ougandaise pendant plusieurs années après la signature d’un accord de paix en 2013. Puis, malgré les sanctions onusiennes qui le visent depuis une dizaine d’années, le « général » est retourné dans le maquis congolais dès 2017 avec « environ 200 hommes », selon le porte-parole du gouvernement congolais de l’époque, Lambert Mende.

Tous auraient quitté le camp ougandais de Bihanga, où ils étaient cantonnés, pour établir une base sur le mont Sabyinyo, dans le parc congolais des Virunga. Difficile aujourd’hui d’estimer le nombre de combattants présents dans les rangs du M23, mais ils étaient au moins 400 fin mars et leur recrutement continue, selon les Nations unies.

Dominique Malala & LeMonde

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

spot_img

EN CONTINU