PUBLICITÉ

RDC: Un groupe d’intellectuels réclament Denis Mukwege à la présidentielle de 2023

Le prix Nobel de la paix, le docteur Denis Mukwege, le célèbre gynécologue et réparateur de fistules des femmes victimes de violences sexuelles à l’Est, peut-il devenir le soignant de maux de la République Démocratique du Congo malade ? C’est le vœu exprimé par un collectif d’intellectuels congolais.

A travers une déclaration, un groupe d’intellectuels constitué en majorité de professeurs d’universités a, à l’occasion de la commémoration du 62eme anniversaire de l’accession de la RDC à sa souveraineté internationale, lancé un appel pressant au docteur Denis Mukwege pour qu’il brigue la présidence lors des prochaines élections prévues en 2023.

- Publicité-

Dans leur appel à candidature, ces intellectuels congolais « engagés et dévoués » à la cause de la RDC, disent avoir lancé cet appel solennel au prix Nobel de la paix pour venir au chevet du « grand malade » qu’est devenue la RDC.

« L’heure est très grave », arguent-Ils « La patrie congolaise est à la dérive comme un navire sans capitaine en pleine mer agitée. Il est des circonstances dans l’histoire d’un peuple où le salut d’une grande majorité dépend de la détermination et de la ténacité d’une infime minorité, voire d’un seul individu. Car dans ce cas, la force spirituelle compense la faiblesse du nombre et des moyens », ont-ils soutenu.

Dans leur argumentaire, ils se sont appuyés sur le testament politique de Lumumba, qui s’adressait aux jeunes générations à travers sa lettre depuis sa cellule de Thysville. Dans cette lettre, Lumumba disait « Ils ont corrompu certains de nos compatriotes, ils ont contribué à déformer la vérité et à souiller notre indépendance ».

Ainsi pour eux, le temps est venu de se mettre debout et en marche pour un Congo nouveau. Ils estiment aussi que le temps est venu de donner à la RDC sa grandeur, la dignité à son peuple, d’ouvrir une nouvelle page de son histoire et d’écrire, par ses dignes fils, sa propre histoire, une histoire de justice et de paix, une histoire de gloire et de dignité, une histoire de travail et de sacrifice, une histoire de solidarité entre les nations, entre les peuples, dans l’affirmation de son identité nationale et le respect de la souveraineté des peuples.

« Il est révolu le temps des complaintes et des lamentations tout comme celui des hésitations, de la peur et de l’indécision. L’heure est très grave. Le temps est venu, enfin, de confier notre destin à des mains expertes, à des âmes éprises de justice et d’humanisme. N’ayons pas peur, le temps est venu pour notre peuple tant meurtri mais mûri de prendre son destin en main sous un leadership éclairé et de défendre son indépendance et sa liberté », ont-ils ajouté.

Dans cette perspective, ils ont exhorté solennellement Mukwege à découvrir et surtout à accomplir sa mission aux côtés d’autres congolais épris de bonne volonté au service de la nation congolaise.

« L’état de déliquescence de notre pays témoigne de l’actualité de la pensée de l’intellectuel américain, Albert Einstein, grand savant et homme de foi comme vous : « Le monde sera détruit par ceux qui savent mais ne font rien ». Et comme vous l’avez maintes fois répété, nul ne peut prétendre qu’il ne savait pas, le temps est ainsi venu de choisir de faire quelque chose pour remettre le pays sur le rail et le peuple au travail. Il faut arrêter le naufrage collectif », ont-ils tambouriné.

Mukwege pour stopper l’écoulement du sang en RDC

Ce collectif estime le célèbre gynécologue reste le seul espoir pour stopper la péripétie de massacres dans la partie Est de la RDC sous le silence complice de la communauté internationale.

« Depuis le massacre des malades que vous soigniez à Lemera, plus de 25 ans se sont écoulés. Et durant toute cette période, la République Démocratique du Congo saigne telle une fontaine intarissable. De l’est à l’ouest, du nord au sud, chaque jour qui passe, des populations congolaises sont achevées à la hache, à la machette, à la baïonnette et à la kalachnikov quand ce n’est pas par la faim ou la maladie. Des centaines de milliers de femmes sont violées et détruites, des millions de Congolaises et de Congolais sont des déplacés, réfugiés dans leur propre pays et rien ne semble pouvoir arrêter cette croisade criminelle de certains pays voisins contre notre peuple. Ni les dénonciations, ni les multiples accords et encore moins les manifestations de protestation ne semblent mettre fin au génocide contre notre peuple et au pillage de ses ressources naturelles. Les rares fois que les médias font mention de la tragédie congolaise, la communauté internationale détourne son regard, chouchoutant des criminels qui sont devenus leurs partenaires privilégiés comme pour nous défier. Le règne de l’impunité fait que les agresseurs et leurs complices nationaux se sentent autorisés à commettre chaque jour plus de crimes que dans le passé », ont déploré les membres de ce collectif.

Les autorités complices avec les agresseurs

Les membres dans ce collectif ont dans leur appel à candidature adressée à Denis Mukwege, dénoncé la complice des autorités congolaises avec les agresseurs de la RDC.

« Pour endiguer ces crimes qui endeuillent notre pays sans discontinuer, nous avons eu le tort de compter sur des autorités qui sont de mèche avec nos agresseurs et qui passent leur temps à trouver les moyens de plaire à ces derniers », ont-ils fait savoir.

« Le seul horizon que nos gouvernants nous proposent est celui de la sujétion à l’ennemi, la servitude volontaire à l’égard de nos bourreaux. Le grand Congo défiguré et humilié prête le flanc à des pays sans envergure, au grand dam d’un certain nombre d’entre nous. La RDC est devenue une jungle où les agneaux se font égorger par les fauves pour en tirer des dividendes. Le degré de décrépitude de notre pays a dépassé tout ce que nous pouvions imaginer », ont-ils regretté.

Au plan politique, ce collectif dit avoir « la désagréable impression que les dirigeants ne sont là que pour piller le pays pour leur propre compte et celui de leurs familles alors qu’au plan sécuritaire, « la RDC est une véritable passoire dans laquelle n’importe quel individu, n’importe quel groupe armé ou mafieux, n’importe quel Etat téméraire peut pénétrer et y opérer à sa guise soit pour exploiter les richesses du sous-sol, soit pour tuer ou pour violer ».

Le leadership de Tshisekedi décrié

Ce collectif a tiré des boulets de canon à l’égard des actuels dirigeants de la RDC. Il dit avoir assez d’être dirigé des parvenus ou des personnes qui, n’ayant rien réalisé dans leur propre parcours de vie.

« Votre peuple est chosifié et manque cruellement de leadership capable de le sortir du bourbier dans lequel il se vautre depuis trop longtemps, faisant les gorges chaudes de ses détracteurs. Nous en avons assez d’être conduits par des parvenus ou des personnes qui, n’ayant rien réalisé dans leur propre parcours de vie, recherchent le pouvoir pour obtenir, par la corruption, le vol, la ruse et la violence, ce qu’elles n’ont pas réussi à avoir par le travail et par les études.

Mukwege est-il l’homme de la situation?

Visiblement oui selon les membres de ce collectif. Dans leur déclaration, ils ont laissé entendre que le prix Nobel de la paix 2018 est incontestablement l’homme qu’il faut à la fonction de Président de la République Démocratique du Congo. Ils soutiennent que le pays de Lumumba a besoin d’une personne d’envergure internationale, à la carrure d’un Chef d’Etat, à la probité morale reconnue, résolue, ayant une vision de grandeur et de dignité pour le pays et aimant passionnément les Congolais.

« Car oui, le Congo a beaucoup d’amis à cause de ses immenses ressources, mais le monde tourne le dos à la tragédie que subissent les Congolaises et les Congolais. Aujourd’hui, il est incontestablement établi que vous êtes l’homme qu’il nous faut à la fonction de Président de la République Démocratique du Congo. C’est avec vous que nous, Congolaises et Congolais, aimerions retrouver la splendeur de notre pays, rétablir son lustre et son prestige, recouvrer sa souveraineté et sa respectabilité, assurer la paix et une prospérité partagée », ont-ils claironné.

Et de renchérir: « Trop c’est trop ! Ecoutez tous ces cris de détresse qui montent depuis nos campagnes, les coins les plus reculés de notre pays, nos écoles et universités, nos villes et bidonvilles ! Levez-vous pour prendre la tête de ce peuple meurtri. Présentez-vous à l’élection présidentielle de 2023 que vous emporterez haut la main, parce que notre peuple qui vous appelle est celui qui vous élira ».

Tout en reconnaissant son travail abattu dans sa mission holistique de réparateur des femmes, ce collectif lui a rassuré que les congolais sont prêts comme un seul homme à l’accompagner sur le chemin de la restauration de la RDC qui dit-il est, rongée par le manque de vision et de leadership, le tribalisme, le clientélisme, la tentation séparatiste menaçant la nation jusque dans ses fondements, laminée et écumée par les agressions extérieures.

Carmel NDEO

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU